Usines intelligentes : comment la technologie révolutionne l’emploi industriel

Des innovations comme la maintenance à distance, l’Internet des Objets, les big data ou l’imprimerie 3D ont, en une dizaine d’années, profondément changé le visage du secteur secondaire et de son emploi. Hautement technologique, intelligente, l’industrie « 4.0 » nécessite une main d’œuvre très qualifiée et spécialisée. Les entreprises doivent s’armer en conséquence.

Bonne nouvelle pour l’industrie : celle-ci a repris la voie de la croissance aux États-Unis. Grâce à un bond de 27 % depuis 2009, le secteur pèse à présent 2,17 billions de dollars. Après avoir été victime des retournements de conjoncture pendant des années, il s’est renforcé, a gagné en efficacité et en productivité. Comment ? En accomplissant sa révolution technologique. Les avancées dans ce domaine ont fortement impacté les usines et leurs salariés. Les consommateurs, en exigeant toujours plus de nouveautés, de personnalisation et de rapidité, ont accéléré cette mutation. Les industriels ont dû s’adapter en innovant, mais aussi trouver la main d’œuvre qualifiée pour fabriquer ces produits.

L’optimisation des systèmes de GMAO (Gestion de maintenance assistée par ordinateur) a donné les moyens à l’industrie de booster sa productivité. Grâce à eux, les incidents de production liés à des pannes ont considérablement diminué. La GMAO permet de suivre et de rapporter les problèmes à distance. Les rapports d’erreurs sont compilés et archivés ; l’entretien anticipé, réduisant les coûts de maintenance et les effectifs dédiés à ces tâches. Ces systèmes s’appuient sur l’Internet des objets (IoT) : ils connectent les machines et les usines à Internet et entre eux, leur permettant de « communiquer » et de se contrôler mutuellement ; en d’autres mots, de s’automatiser. Les usines collectent une myriade d’informations sur leurs systèmes. Toutes ces données peuvent être analysées afin d’aider les industriels à travailler mieux et à être plus réactifs.

 

Ouvriers 4.0

 

De leur côté, les produits manufacturés, pour répondre à la demande des consommateurs, deviennent chaque jour plus « intelligents ». Connectés, miniaturisés, ils enregistrent et évaluent tous les aspects de la vie quotidienne. Ces objets ne sont plus de simples produits à assembler sur une ligne de production ; ils demandent des moyens poussés pour être fabriqués à grande échelle. Et ces changements sont en train de bouleverser le secteur secondaire. 80 % des industriels américains éprouvent actuellement des difficultés pour recruter des compétences qualifiées et hautement qualifiées, ce qui pourrait entrainer une carence de deux millions d’emplois, dans les 10 prochaines années. Avec la diffusion de l’imprimerie 3D, par exemple, la conception de produits complexes nécessite de moins en moins de temps et d’argent. Mais ces machines demandent des ouvriers qualifiés pour les faire fonctionner. Le secteur est en train de basculer d’une main d’œuvre ouvrière peu qualifiée à une main d’œuvre de travailleurs spécialisés et formés. Aux États-Unis, l’employé d’usine, de plus en plus qualifié, gagne environ 24 % de plus que l’employé moyen. La technologie a rendu l’emploi de ce secteur beaucoup plus lucratif !

L’écart entre les besoins de recrutement de l’industrie et le défaut de candidats doit désormais être réduit. De multiples solutions ont été proposées, comme encourager l’étude de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des maths à l’école, faire tomber les préjugés sur les professions industrielles ou encore former les travailleurs en interne à des travaux plus complexes. Si la solution miracle n’a pas encore été trouvée, une chose est certaine : les dernières avancées technologiques ont transformé l’industrie pour toujours.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article (en anglais) sur l’usage de l’IoT dans l’industrie,

et un autre sur l’industrie 4.0.

 

À lire sur Business Analytics Info :

« Économie de la donnée : la quatrième révolution industrielle est en marche »

et

« La quatrième révolution industrielle est celle du digital ».