La numérisation des données, un eldorado pour le marché des drones

Il va falloir patienter encore un peu pour se faire livrer sa dernière commande internet par un drone. C’est ce que laisse entendre la vaste étude prospective récemment publiée par le cabinet Olivier Wyman sur le marché des drones. Mais ce scénario temporairement écarté, les analystes se montrent plus que confiants quant au potentiel que représente ce marché. A commencer par celui des drones professionnels, valorisé à plus de quatre milliards de dollars à l’horizon 2020, un montant généré pour moitié par des activités de services.

Exit les applications de prise de vue… A en croire l’étude Oliver Wyman, l’avenir des drones serait dans la numérisation. Grâce à l’intégration de capteurs spécifiques, ceux-ci permettraient le recueil de données pour des champs d’application aussi variés que la modélisation 3D, la topographie, l’agriculture ou encore l’inspection d’ouvrages ou de bâtiments. A la clé, une mine d’informations qui, une fois analysées, devraient permettre d’établir modèles prédictifs et autres outils analytiques.

 

Des drones pour la maintenance, le suivi des stocks ou la gestion d’espaces agricoles

 

Déjà sur le terrain, les initiatives se multiplient… Dédiés jusqu’alors à la surveillance des voies, les huit drones dont dispose par exemple SNCF Réseau servent désormais à leur maintenance. Ils viennent ainsi compléter l’arsenal de satellites et de scanners déployés à des fins de modélisation du réseau. Des outils sophistiqués qui justifient pleinement le nombre de data scientists au sein de la division, car comme le souligne Nicolas Pollet, responsable du pôle drones de SNCF Réseau : « C’est devenu un métier de données ». Même constat pour la start-up Kespry dont les drones permettent aux exploitants de carrières de surveiller l’état de leurs stocks grâce à une modélisation de leurs sites en 3D. Dans un autre contexte, la société Airlnov commercialise des drones capables d’indiquer au simple survol de zones agricoles le besoin précis des plantes en engrais. Un triple défi environnemental, technique et financier !

Compte tenu du volume croissant de données générées par les drones, notamment en raison de la qualité accrue de la vidéo, les besoins en termes de transmission, de traitement et de stockage devraient encore augmenter dans les années à venir. Pour les opérateurs, pas question de passer à côté de ce marché prometteur !

 

Lire l’article

 

En complément :

Un article sur l’utilisation de drones « urgentistes » au Rwanda,

Et un article sur l’explosion du marché des drones.

 

 

À lire sur Business Analytics Info :

« Objets connectés, drones, robots et société de l’information : comment les algorithmes façonnent notre avenir »

et

« Pour la SNCF, objets connectés et big data sont les alliés de sa transformation ».