L’intelligence artificielle en passe de suppléer aux avocats ?

Les métiers juridiques seraient menacés par les solutions logicielles qui automatisent désormais certaines tâches et pourraient demain répondre à leur place. Cette crainte pose la question de l’expertise et de son acquisition. L’auteur de cet article suggère de laisser les tâches répétitives aux machines et de mieux former les prochaines générations pour qu’elles développent leurs compétences et se servent de l’automatisation comme d’un outil supplémentaire.

L’appréhension est grande sur l’impact de l’automatisation, voire de la robotisation des professions de conseils et notamment des avocats. C’est ce que relate cet article du Financial Times suite à une conférence qui a rassemblé consultants et professionnels de services juridiques au Royaume-Uni. Pourtant, la tendance semble inévitable. Il existe déjà des algorithmes et des solutions logicielles qui assistent les avocats dans leurs recherches d’un jugement ou d’une norme éthique qu’ils identifient en quelques secondes.

 

Cette aide pose toutefois la question de l’acquisition de l’expertise. Et pas seulement pour ces professions ! Les compétences en journalisme financier, acquises par l’auteur pendant ses années de stagiaire, à analyser les bilans des entreprises peuvent-elles être remplacées par un rapport produit automatiquement par un logiciel ? De même, les pilotes d’avion dont le métier est déjà très automatisé, auront-ils les bons réflexes en cas de problème imprévu ?

 

Cette automatisation fait d’ores et déjà partie de la réponse et du quotidien de nombreuses professions. Si elle peut dispenser des tâches les plus répétitives les professionnels et les jeunes qu’ils forment, n’est-ce pas là un progrès ? C’est peut-être là qu’est la solution. Plutôt que de confier les tâches fastidieuses aux juniors et aux stagiaires pour qu’ils se forment, les professionnels auraient peut-être intérêt à les former eux-mêmes en travaillant avec eux pour leur transmettre ce qui fait l’expertise humaine.

 

 

 

Lire l’article

 

 

En complément :

Un article sur un « robot – avocat », preuve que le métier s’automatise,

et un article (en anglais) sur pourquoi les avocats devraient adopter les technologies numériques.

 

 

A lire sur Business-Analytics-info.fr :

« A nous les idées, l’automatisation aux machines ! »

et

« Comment la technologie transforme l’industrie des services financiers »