E-commerce : quand la lingerie s’approprie l’analytique

Fondée il y a cinq ans à peine par un entrepreneur français, la marque de lingerie en ligne « Adore Me » se positionne déjà dans le duo de tête du marché américain, avec plus de 16,5 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2015. Le secret de cette réussite étincelante réside dans les big data et l’analytique, présents à tous les niveaux de décision de l’entreprise depuis sa naissance. Éclairage.

Il y a trois ans, Adore Me comptait quatre salariés. Ils sont vingt-et-une fois plus nombreux aujourd’hui, dont un tiers sont des spécialistes des nouvelles technologies ou de l’analyse de données. C’est l’un des nombreux chiffres témoignant de la croissance fulgurante de ce commerçant de lingerie en ligne établi aux États-Unis et qui a basé son succès sur l’exploitation des big data.

 

La maximisation des succès commerciaux passe par une approche interdisciplinaire

 

Dès le début de l’aventure, le PDG fondateur d’Adore Me, Morgan Hermand-Waiche, un Français passé par l’Ecole des Mines, Harvard et McKinsey, et dont les parents vendaient des vêtements de mode, a résolument adopté une stratégie guidée par les données. De la conception des produits à la publicité, en passant par la politique tarifaire ou l’apparence du site Web, toute prise de décision repose sur l’analytique. Avec plus de mille nouveaux produits chaque année (soit quatre fois plus que la concurrence), la maximisation des succès commerciaux passe par une approche interdisciplinaire, explique le directeur des opérations de l’entreprise. Si traditionnellement, les départements marketing et logistique utilisent des outils analytiques différents qui ne communiquent pas, tous les collaborateurs d’Adore Me (dont 75% sont des femmes) partagent des outils communs et travaillent dans le même espace ouvert.

Les exemples d’usage des données au sein d’Adore Me ne manquent pas : publicité, tarification, marketing, design… Ainsi, pour choisir les visuels les plus percutants, le site présente différentes photos de mannequins portant le même modèle à un échantillon de 1000 visiteurs ; avant de retenir celles qui rapportent le meilleur taux de vente (l’e-commerçant a, dans certains cas, observé une multiplication par huit de ses ventes !). L’entreprise s’est aussi récemment lancée dans l’envoi d’e-mails personnalisés proposant des offres spéciales de bienvenue ainsi que des conseils, avec à la clef une augmentation des ventes de 23 % à la clé.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un rapport de O’Reilly (en anglais) au sujet de l’impact des big data sur le secteur de la mode,

et un article sur la conception sur mesure de vêtements avec des big data.

 

À lire sur Business Analytics Info :

« E-commerce : personnaliser l’expérience client pour augmenter le revenu »

et

« Quand les big data réinventent la lingerie féminine »