Comment l’industrie de la culture aborde la transition numérique : l’exemple Warner

La multiplication des écrans entraîne un hyper-choix tendant à faire baisser la valeur des contenus culturels toujours plus nombreux qui y sont consommés. Partant de ce constat, le groupe Warner Bros a choisi d’adopter une stratégie guidée par les données. Son vice-président en charge du marketing en France, Emmanuel Durand, détaille les raisons et les objectifs de ce changement de vision.

Warner doit réduire sa dépendance aux médias et devenir « data-driven ». C’est la stratégie du leader du divertissement pour trouver de nouvelles sources de valeur. En effet, comme l’explique Emmanuel Durand, vice-président marketing de Warner Bros France et auteur d’un livre sur la disruption des industries culturelles et créatives, l’ancien modèle économique, basé sur la possession des contenus, tend à s’effacer au profit d’un nouveau reposant sur l’expérience de consommation de ces contenus, qui sont désormais dématérialisés. La recommandation pertinente y fait figure de pierre angulaire, tandis que les revenus proviennent d’un ciblage publicitaire adapté et peu intrusif à partir de données utilisateurs.

Dans ce contexte mouvant, une entreprise comme Warner Bros, à la fois productrice et distributrice d’œuvres, notamment cinématographiques, doit trouver le juste équilibre entre la poursuite d’activités comme la vente de supports physiques (DVD, etc.) et le développement de nouvelles, tel le programme de fidélisation My Warner, qui touchent directement les anciens métiers… Pour cela, le management de l’entreprise se met à l’horizontal tandis que curiosité et expérimentation se cultivent à tous les niveaux. Un mode d’organisation assez naturel dans les structures qui se tournent vers les big data.

 

Lire l’article

 

En complément :

Un article (en anglais) sur les données à éviter dans le marketing

et un autre (en anglais) sur l’impact pratique des big data pour les marketers

 

À lire sur Business Analytics Info :

« L’industrie du divertissement et des médias à l’heure de l’analyse prédictive »

et

« Marketing analytique temps réel : le graal de la relation client »