Les assureurs s’engagent dans la maison connectée

Les objets connectés sont en passe de révolutionner l’assurance habitation. Des géants du secteur proposent déjà des solutions contre les risques d’incendie ou d’intrusion ainsi que des services de domotique. Ces évolutions technologiques pourraient diviser les risques par deux pour les assurés tout en transformant la relation client.

Doublés par l’industrie électronique et les géants du Web sur le terrain des objets embarqués dans les automobiles, les leaders de l’assurance prennent le virage de la maison connectée à la corde. AXA propose ainsi depuis octobre une offre pour mieux protéger le domicile contre les incendies ou les cambriolages, tandis qu’Allianz s’est lancé dans la domotique en Allemagne. Selon Gartner, le nombre de capteurs de présence, caméras de surveillance et autres détecteurs de fumée va exploser d’ici 2020 ; une telle profusion d’objets connectés dans les habitations permettrait une réduction des risques jusqu’à 60 %, ont calculé Morgan Stanley et le BCG.

Pour les professionnels du secteur, le développement de services tels que la sécurisation du domicile ou la détection précoce de sinistres engendrera un changement de modèle économique, estime un expert de chez Deloitte. En effet, l’assureur deviendra aussi fournisseur de services, et ces nouvelles prestations seront monétisées via des abonnements et non des cotisations. Enfin, cette évolution entraînera un rapprochement avec les clients par la multiplication des contacts.

 

Lire l’article

 

En complément :

une réflexion (en anglais) sur les objets connectés, les big data et l’assurance 

et un article de Forbes (en anglais) sur l’utilisation des big data par les compagnies d’assurance.

 

À lire sur Business Analytics Info :

« L’Internet des objets pousse vers l’assurance connectée »

et

« Les big data redessinent les contours de l’assurance »