L’Internet des objets pousse vers l’assurance connectée

Le risque est au cœur des métiers de l’assurance. Il en est un que les professionnels du secteur devraient prendre en compte pour eux-mêmes : celui d’être de simples spectateurs de la révolution numérique qui touche l’ensemble de l’économie et les concerne au premier chef. Une étude récente d’Accenture explique en quoi l’Internet des objets va les inciter à se transformer en « assureurs connectés ».

En 2030, le monde comptera plus de 100 milliards d’objets connectés, parmi lesquels des centaines de millions de voitures, de maisons ou d’appareils mobiles. Le quotidien de tout un chacun sera bouleversé par cet Internet des objets. L’augmentation phénoménale du nombre de connections entre machines montre que le mouvement est déjà enclenché dans le secteur de l’assurance. Mais pour le cabinet de conseil Accenture, la révolution technologique oblige ce dernier à repenser en profondeur son modèle économique.

 

La transformation numérique de l’assurance est en marche

 

Les assureurs devront d’abord tenir compte des attentes des consommateurs. L’écrasante majorité d’entre eux (80%) réclame des services plus personnalisés, ce que permet notamment l’analyse des données générées par leurs objets connectés. Dans ce nouvel environnement, où les risques à évaluer vont nécessairement évoluer, la couverture assurance deviendra une offre parmi d’autres, soumise à la concurrence d’acteurs issus de l’économie numérique ayant une approche plus innovante. Il s’agira alors pour les compagnies d’assurance historiques de conclure les partenariats en mesure de satisfaire les besoins de leurs clients.

Selon Accenture, la réussite de l’« assureur connecté » passe par cinq mesures. Un, choisir son rôle au sein d’un écosystème élargi : prestataire de services ou agrégateur de valeur. Deux, définir un modèle d’offres connecté et proposer des produits individualisés. Trois, développer de nouveaux processus en s’appuyant sur l’externalisation et l’automatisation. Quatre, partager ses données à la fois avec les clients et les partenaires. Cinq, promouvoir une culture de l’innovation à l’intérieur de l’organisation. Pour l’assurance, les décisions stratégiques d’aujourd’hui nourriront les succès de demain.

 

Lire l’article

 

En complément :

La seconde partie de l’article d’Accenture,

Une tribune du PDG d’Allianz au sujet des objets connectés et du métier d’assureur,

et un article sur les pièges que les assureurs doivent éviter avec les objets connectés.

 

À lire sur Business Analytics Info :

« Assurance : les multiples vertus des big data »

et

« Assurance : la reconquête passe par l’analytique »