La Banque mondiale mise sur l’intelligence artificielle pour lutter contre la pauvreté

Mesurer la pauvreté en combinant images satellites et intelligence artificielle, tel est le nouveau pari tenté par la Banque mondiale. Déjà utilisée pour empêcher les activités de pêche illégales ou optimiser les récoltes agricoles, cette technologie innovante pourrait notamment pallier le manque de données pertinentes nécessaires aux missions de cette institution onusienne. Une étude pilote est actuellement conduite au Sri Lanka.

L’imagerie satellite et l’intelligence artificielle (IA) ont bien progressé depuis leur naissance dans les années 1950. Les photographies prises depuis l’espace atteignent un niveau de détail toujours plus fin, tandis que les algorithmes d’apprentissage automatique permettent aujourd’hui d’identifier avec précision des objets sur des photographies. La convergence de ces deux technologies ne laisse donc pas insensibles entrepreneurs et investisseurs, nombreux à entrevoir son impact positif sur l’économie, la politique, la gestion des ressources ou la réaction aux catastrophes.

La Banque mondiale partage cet enthousiasme en portant un projet ambitieux dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, sa principale mission. L’agence spécialisée de l’ONU basée à Washington a ainsi lancé une expérimentation visant à utiliser l’IA pour compléter ses études de terrain et améliorer la pertinence des données sur la pauvreté. L’un des objectifs de l’étude menée au Sri Lanka est d’employer l’analyse des images satellites pour déterminer si certaines caractéristiques, comme la hauteur d’une construction ou le matériau de sa toiture, constituent des indicateurs de richesse. En cas de succès, le programme pourrait être déployé à l’échelle mondiale. Une nouvelle preuve du retour de l’intelligence artificielle sur le devant de la scène.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Une analyse (en anglais) considérant les données comme le carburant de l’intelligence artificielle du futur

et un article (en anglais) sur l’analyse d’images issues de Google Street View pour évaluer le revenu des ménages.

Enfin, un article (en anglais) sur l’utilisation des données ouvertes dans la lutte contre la pauvreté en Afrique du Sud.

 

À lire sur Business Analytics Info :

« Les big data au service du développement durable »

et

« Combiner gouvernance et législation aux technologies d’analyse de données pour contribuer au bien-être de tous »