#COP21 : comment les big data contribuent à la lutte contre le changement climatique

Evénement diplomatique de l’année en France, la 21e conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) réunit à Paris jusqu’au 11 décembre les représentants de 196 « parties » pour trouver un accord global sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre dues aux activités humaines. Au-delà de négociations entre chefs d’État, le combat mondial pour limiter l’augmentation des températures moyennes passe par les citoyens et les entreprises. Les nouvelles technologies permettent de nombreuses innovations en ce sens. Focus sur la contribution des big data face au dérèglement climatique.

Données, algorithmes, intelligence artificielle : ces concepts, présents partout dans nos vies ou en passe de l’être, pourraient jouer un grand rôle dans la préservation de notre environnement, comme le montre cette sélection d’exemples.

 

Économiser l’énergie avec l’Internet des objets

 

« Les données nombreuses et omniprésentes dans nos smartphones et nos objets connectés constituent une formidable matière première pour produire de l’innovation bénéfique pour le climat », estime ainsi Arnaud Legrand, président d’Energiency. Cette start-up labellisée FrenchTech développe des algorithmes d’intelligence artificielle qui permettent aux entreprises d’optimiser leur consommation d’énergie en analysant en temps réel les données issues de compteurs électriques « intelligents ». Une économie « gagnant-gagnant » pouvant atteindre 20 % : moins de dépenses, moins de CO2.

Source

 

Imaginer des solutions grâce aux données ouvertes

 

La tenue de la COP21 à Paris cette année aura aussi suscité de nombreuses initiatives de la part de jeunes pousses, d’associations ou de citoyens. L’une d’entre elles, Climate Change Challenge (alias C3), vise à mobiliser l’intelligence collective et les données ouvertes (open data) pour imaginer des solutions en faveur du climat. Elle s’appuie notamment sur la mission institutionnelle Etalab, qui alimente depuis 2011 le portail interministériel data.gouv. Nombre des 20 000 jeux de données disponibles sur ce dernier sont liés aux questions climatiques. Les projets issus du C3 doivent être officiellement présentés lors de la conférence de l’ONU.

Source

 

Prévenir les catastrophes naturelles avec les big data

 

L’apport de l’open data en matière de développement durable est déjà une réalité aujourd’hui. On le retrouve par exemple dans le partage d’informations sur des catastrophes naturelles, de plus en plus consécutives à des changements climatiques. L’idée est d’instaurer une plus grande transparence par la mise en accès libre des données et des modèles d’analyse de ces événements souvent dramatiques pour les personnes et leurs biens. Alliée aux objets connectés et à leur géolocalisation, l’analyse de ces big data constitue un moyen de détecter au plus tôt la survenue d’une catastrophe naturelle et de suivre son évolution en temps réel. Soit un gain potentiel à la fois en termes d’action efficace et de prévention.

Source

 

Étudier les effets du changement climatique sur la biodiversité

 

Un autre impact direct et assez méconnu du dérèglement climatique concerne la diversité des espèces, qui doivent s’adapter à de nouvelles conditions ou bien migrer en raison de la hausse du thermomètre, au risque de disparaître. Là encore, les big data apportent leur pierre à l’édifice de la compréhension des phénomènes dynamiques liés à l’évolution du climat. Parmi eux, le réseau d’information et d’écologie botanique (BIEN), un groupe international composé de botanistes, d’écologues et d’informaticiens, s’intéresse à la distribution d’espèces végétales au regard du changement climatique.

Suivant cet objectif, les chercheurs du BIEN ont croisé leurs propres données avec les prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Une partie de leurs analyses est compilée sur un site Web qui présente une carte interactive de l’évolution des forêts ouest-américaines en fonction de différents scénarios du Giec. Un moyen convaincant pour informer décideurs et citoyens des possibles effets d’un réchauffement non maîtrisé.

Source (en anglais)

 

Économies d’énergie, transparence, prévention, connaissance : voici des pistes pour des applications concrètes susceptibles, outre de participer à l’effort collectif contre le changement climatique, de redorer l’image des données et autres algorithmes aux yeux du grand public.

 

En complément :

Une tribune sur le rôle de la France dans l’innovation technologique au service de l’environnement et

Une étude d’ATKearney sur la contribution potentielle des objets connectés dans la réduction des émissions de CO2.

 

À lire sur Business Analytics Info :

« Les big data au service du développement durable »

et

« Prévenir les conséquences des catastrophes naturelles avec les big data »