S’assurer contre les cyber-risques, bientôt une nécessité pour toutes les entreprises

Si plusieurs affaires de violations de données ont défrayé la chronique ces derniers mois, le pire reste à venir. Selon un rapport d’Allianz, la numérisation de l’économie, alliée au développement des objets connectés, expose les entreprises à des risques sans précédent qu’il convient d’assurer spécifiquement. Télécommunications, distribution, énergie, etc. : nombre de secteurs sont menacés par des cyber-attaques pouvant conduire jusqu’à une interruption totale de service.

Les cyber-risques dépassent largement les simples problématiques de confidentialité ou de notoriété. Ils peuvent désormais déboucher sur une interruption d‘activité, voire provoquer d’importants dommages. À l’instar des cinéastes de Hollywood, le métier d’assureur consiste à imaginer des scénarios catastrophes. Et en matière de cybersécurité, on peut dire qu’ils foisonnent. Par exemple, celui d’une attaque informatique contre le système de contrôle industriel d’une installation énergétique qui pourrait engendrer des dommages matériels – via un incendie ou une explosion – provoquant au mieux une interruption d’activité, au pire des pertes humaines. C’est pourquoi l’assureur Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) plaide pour la prise en compte de ces dangers émergents à travers un rapport faisant le point sur les cyber-risques au niveau mondial.

La cause principale de ces nouvelles menaces réside dans l’accroissement inévitable de l’interconnexion des appareils, mais aussi des entreprises. Le nombre d’objets connectés disséminés dans le monde se comptera ainsi en dizaines de milliards en 2020. Soit autant de portes d’entrée pour des cyber-attaques d’ampleur inédite, si la sécurité de ces dispositifs connectés est négligée par leurs utilisateurs — la criminalité en ligne coûterait déjà 445 milliards de dollars à l’économie mondiale chaque année. AGCS considère donc la cyber-assurance comme complément indispensable à une sécurité informatique solide dans l’entreprise. D’ailleurs, certains pays comme les États-Unis, Singapour ou l’Australie réfléchissent déjà à l’évolution de leur réglementation en faveur d’une couverture plus étendue et plus approfondie des cyber-risques, ouvrant la voie à un marché de 20 milliards de dollars pour ce type de produits.

 

Lire l’article

 

En complément :

Le rapport d’AGCS sur les cyber-risques (en anglais)

et une interview du directeur des risques techniques chez Axa entreprises au sujet de la cyber-assurance.

 

À lire sur Business Analytics Info :

« L’Internet des objets peut-il échapper au crime ? »

et « Sécurité des objets connectés : transparence et formation sont de mise »