Comment mettre en place un projet analytique de lutte contre la fraude bancaire ?

Les établissements financiers sont de plus en plus nombreux à s’engager dans la lutte contre la fraude. Se présentant sous de nouvelles formes, elle prend rapidement de l’ampleur. Le phishing a fait place au vishing. Les cyberfraudeurs font désormais équipe avec des intermédiaires dont les comptes servent à effectuer des virements, et qui touchent une commission pour le service rendu. L’utilisation d’outils analytiques est clairement indiquée dans la détection et la lutte contre les fraudes. Un article de Laurent Colombant, Business Development Manager Solutions Fraude, SAS South West Europe.

Les établissements financiers sont de plus en plus nombreux à s’engager dans la lutte contre la fraude. Se présentant sous de nouvelles formes, elle prend rapidement de l’ampleur. Le phishing a fait place au vishing, une technique plus agressive ayant déjà frappé de grandes groupes comme Michelin, victimes d’escroqueries reposant sur de faux ordres de virement de plusieurs millions d’euros. Les cyberfraudeurs, qui utilisaient jusqu’ici des comptes mules insoupçonnables pour prendre le contrôle d’un site, font désormais équipe avec des intermédiaires dont les comptes servent à effectuer des virements, et qui touchent une commission pour le service rendu.

Les établissements financiers qui laissent aux employés en contact avec la clientèle le soin de gérer le problème ou qui se contentent d’exécuter quelques scripts en arrière-plan pour alerter les équipes de back-office en cas de fraude, ont essuyé de lourdes pertes ces trois dernières années, sans en connaître vraiment le montant et sans disposer de filet de sécurité contre les failles de grande envergure.

 

* * * * *

Ouverture frauduleuse de comptes bancaires : l’ennemi est à votre porte

Télécharger le livre blanc

* * * * *

L’analytique : un incontournable dans la détection des fraudes

 

L’utilisation d’outils analytiques est clairement indiquée dans la détection et la lutte contre les fraudes. Correctement mise en œuvre, l’analyse des données permet d’identifier des événements et des techniques de fraude qui échappent à l’œil humain en raison :

  • du volume de transactions traitées ;
  • de la vitesse d’exécution des opérations ;
  • de la complexité des collusions.

 

* * * * *

Fraude en ligne : avec des interactions en temps réel, les menaces s’intensifient

Point de vue à télécharger

* * * * *

Un projet qui touche à l’organisation même

 

Pour réussir, il convient toutefois de suivre certaines règles. Les projets liés aux données sont complexes et ne doivent pas être relégués au second plan. L’analyse doit constituer une entité à part entière, au même titre que la logistique, les ressources humaines ou le marketing.

La mise en œuvre d’un projet de lutte contre la fraude nécessite le soutien de la direction car l’utilisation des données passe par l’amélioration des flux de données, une lecture « objective » des alertes et, très probablement, une modification des droits d’accès. Les banques sont très souvent contraintes de revoir leurs pratiques : un premier tri est effectué par les employés en front office avant centralisation des dossiers plus complexes.

 

Les données avant tout

 

Les données à proprement parler constituent un autre obstacle potentiel. Le principe selon lequel les résultats sont fonction de la qualité des données s’applique aux programmes de fraude. S’il convient avant tout de collecter des données « pertinentes », qui vont aider l’équipe de détection des fraudes à appliquer des règles de bon sens, l’étape suivante consiste à recueillir des données « apparentées ». Il ne faut pas hésiter à déployer des efforts pour obtenir les données convoitées. Les utilisateurs ayant les moyens d’explorer les données et d’exécuter leurs propres simulations ont plus de chances d’identifier de nouveaux liens qui, lors de la phase de modélisation, pourront faire toute la différence. Dotez les analystes d’outils d’exploration et de simulation, et proposez-leur les formations dont ils ont besoin pour faire des prouesses et trouver des pépites au sein des systèmes de production.

 

* * * * *

Gestion des fraudes : les banques doivent s’adapter

A télécharger : Livre blanc Capgemini & SAS

* * * * *

Halte au cloisonnement !

 

Il faut à tout prix éliminer les silos ! Les banques ont trop longtemps cloisonné la gestion des différents types de fraude, avec une équipe chargée des fraudes en ligne, une autre des fraudes par chèque et encore une autre des fraudes à la carte… L’expérience montre qu’une stratégie orientée client et non centrée sur l’activité ou le type de transaction vous aidera clairement à lier les fraudes entre elles. Les fraudes font tache d’huile : plus le champ de vision est large, plus les chances de détecter des fraudes et d’en identifier l’origine sont grandes.

 

A lire sur Business Analytics Info :

« Fraude et blanchiment d’argent – La face cachée du financement des échanges internationaux » et

« À l’ère de l’assurance self-service, détecter automatiquement la fraude devient un impératif »