Que pèse un utilisateur dans la capitalisation boursière de Google, Facebook ou Amazon ?

Le site How Much nous invite à deviner combien nous valons pour les entreprises du numérique. Car si les capitalisations boursières de Google ou Facebook sont sans commune mesure, quel est le poids réel d’un utilisateur rapporté à la valeur totale des actions de ces entreprises ? La réponse pourrait vous surprendre…

On connaît l’adage : si c’est gratuit, vous êtes le produit. Pour nous offrir la possibilité de rechercher des informations, de partager des vidéos ou d’échanger des messages sans débourser un seul centime, Google, Facebook et Twitter multiplient les messages publicitaires personnalisés ; ce sont donc les annonceurs qui rémunèrent ces géants de l’Internet. Mais pour fonctionner, ce modèle économique requiert la participation de nombreux utilisateurs actifs. C’est ce que démontre le petit calcul réalisé par le site How Much, qui s’est amusé à diviser la capitalisation boursière d’entreprises leaders du Web par le nombre de leurs utilisateurs actifs afin d’établir ce qu’il nomme « valeur utilisateur ».

Pour Google, par exemple, un utilisateur actif « vaut » 182 dollars (pour 2 milliards d’utilisateurs), soit plus que Facebook (158 pour 1,4 milliard) ou Yahoo! (70/600 millions), mais beaucoup moins qu’Amazon (733/270 millions) ou son homologue chinois Alibaba (621/350 millions). Ces deux derniers, à l’instar de ebay (474 dollars pour chacun de ses 152 millions d’utilisateurs), gagnent de l’argent en expédiant des produits, ou bien en prenant une commission sur des transactions financières impliquant la vente de produits. Autrement dit, un utilisateur — ou plutôt un client — d’un site de e-commerce, sur lequel il dépense directement son argent, a un impact plus important sur le modèle économique de cette plate-forme que sur un site rendant un ou plusieurs services, certes utiles, mais dont les sources de revenus sont plus incertaines.

Lire l’article (en anglais)

En complément :

Un plaidoyer contre le monopole des GAFA dans le e-commerce

et une autre vision (en anglais) de la valeur utilisateur.

À lire sur Business Analytics Info :

« Services en ligne : contrôler les algorithmes, ou être contrôlé par les algorithmes ? »et

« Nouveaux business models : la multitude au service de l’individu »