Promouvoir les talents internes, une solution face à la pénurie de data scientists

Pour développer l’analytique au sein de l’entreprise et tirer bénéfice de son potentiel, mieux vaut établir un plan de gestion des ressources humaines adapté. Selon une étude conjointe de MIT Sloan Management Review et SAS, la clé de la réussite réside dans l’intégration de profils à double compétence : les meilleurs talents sont ceux qui savent établir un lien entre problématiques métiers et modélisation. Mais compte tenu de leur rareté sur le marché, la compétition est rude pour attirer les experts en données. Former ses collaborateurs à l’analytique constitue donc un complément indispensable pour continuer à progresser.

Le parcours professionnel de Collin Roberts est emblématique. Infirmière dans les années 1990, elle est aujourd’hui data manager pour un programme de recherche médicale. Une évolution de carrière motivée par l’intérêt que cette femme de 58 ans a toujours porté aux données, notamment dans la prise en charge des patients. Après s’être formée via un master spécialisé en informatique clinique, son métier consiste désormais à construire des ponts entre des personnes qui parlent santé et d’autres qui parlent système d’information. Un rôle essentiel dans le monde numérique d’aujourd’hui, puisque les organisations qui tirent le meilleur parti des données sont celles qui combinent compétences analytiques et connaissances métiers, d’après une étude conduite auprès de plus de 2500 professionnels par la MIT Sloan Management Review, en collaboration avec SAS Institute.

Du point de vue des ressources humaines, le chemin menant au succès suit une feuille de route que l’on peut résumer en trois points. D’abord, privilégier des candidats disposant d’un bagage en analyse de données lorsqu’il s’agit de recruter ou bien de donner une promotion ; faire preuve de volontarisme analytique permet d’attirer et de retenir la crème des data scientists, denrée à la fois rare et volatile. Ensuite, mettre l’accent sur l’intégration des nouveaux venus en les sensibilisant aux problèmes métiers ; il s’agit d’un point crucial pour être en mesure de créer de la valeur ajoutée à partir des données. Enfin, développer des compétences analytiques à l’interne via des programmes de formation professionnelle ; les employés en place présentent l’avantage de déjà connaître les questions qui importent à l’entreprise.

Lire l’article (en anglais)

En complément
le communiqué de presse (en anglais) de SAS concernant la publication de cette étude
et des conseils (en anglais) pour le recrutement de data scientists

À lire sur Business Analytics Info
« Pénurie de data scientists : la solution, c’est l’équipe ! »
et « Le data scientist : multi-casquette et (déjà) sous pression »