Comment les nouvelles technologies vont booster la productivité

Sur un marché encore et toujours plus concurrentiel, les industriels cherchent à améliorer leur productivité. Si la délocalisation dans les pays émergents leur a permis pendant un temps de réduire les coûts de main d’œuvre et d’énergie, d’autres axes de progrès sont envisagés, et notamment la rationalisation de leurs processus de production. Comment s’y prennent-ils ? Quels sont les enjeux et les solutions ?

Cherchant à faire face à l’augmentation des coûts du travail et de l’énergie dans les pays émergents – Chine en tête – les industriels doivent se montrer inventifs pour préserver leur compétitivité. Les technologies avancées de production ouvrent une nouvelle voie. Parfois désignées par le terme « Industrie 4.0 », ces innovations se caractérisent par l’émergence de systèmes cyber-physiques* et de traitements de données dynamiques qui exploitent de grandes quantités de données pour piloter des machines intelligentes.

La notion de « production avancée » définit un ensemble de processus de production rentables, très flexibles et basés sur l’exploitation de données. Elle n’est pas nouvelle, mais revient sur le devant de la scène dans le contexte de la transformation numérique des entreprises. Une étude du BCG réalisée auprès d’entreprises américaines indique que 72% d’entre elles investiront dans des technologies d’automatisation ou de production avancée dans les cinq prochaines années (seulement 10% estiment cet investissement improbable). Près de 75% des personnes interrogées pensent que ces technologies amélioreront leur productivité et favoriseront une production plus locale.

Les technologies avancées de production augmentent grandement la souplesse et la réactivité des entreprises industrielles en facilitant la production de produits personnalisés selon les souhaits du client, ou en quantités limitées. Cinq technologies ont tout particulièrement le vent en poupe : les robots autonomes, l’ingénierie des matériaux par modélisation intégrée (ICME), la virtualisation des processus de production, l’internet industriel et l’impression 3D. S’il est encore trop tôt pour appréhender l’impact de ces nouveaux outils et processus ou prévoir leur évolution, ils sont en passe de redéfinir la compétition mondiale dans de nombreux secteurs : les technologies avancées de production vont permettre de produire plus vite, mieux et moins cher. Gare aux retardataires !
* Selon wikipedia : « Un système cyber-physique (CPS) est un système où des éléments informatiques collaborent pour le contrôle et la commande d’entités physiques ».

Lire l’article (en anglais)

 

En complément:

un article sur les capteurs communicants
et un autre (en anglais) sur les enjeux de l’« internet industriel » 

A lire sur Business-Analytics-Info.fr :
« L’internet des objets : une opportunité à saisir pour l’industrie »
et « Big data, une chance pour la France »