Au service de santé publique de Chicago, l’analyse prédictive se conjugue déjà au présent

Anticiper les crises sanitaires plutôt que les subir, c’est l’objectif de toute politique de santé publique digne de ce nom. Pour relever ce défi de la prévention, la ville de Chicago mise sur l’analyse prédictive. Exemples à l’appui, trois responsables du service de santé publique de la mégalopole américaine expliquent les bienfaits de cette approche sur le blog de la Harvard Business Review.

Violation des règles de construction et d’hygiène, origine de la nourriture, historique des réclamations, densité de population dans le quartier, etc. Les données permettant de caractériser l’existence d’un risque sanitaire dans un établissement de restauration sont nombreuses et variées. Pour identifier les lieux à inspecter en priorité, le service de santé publique de la ville de Chicago (CDPH), au nord-est des États-Unis, expérimente un outil d’analyse prédictive qui évalue, à partir de ces données, la probabilité d’une violation critique entraînant des conséquences sanitaires. Objectif : améliorer les pratiques des restaurateurs tout en diminuant les risques pour les consommateurs.

Pour Bechara Choucair, Jay Bhatt et Raed Mansour, tous trois employés par le CDPH, l’analytique doit permettre de développer des politiques de santé publique guidées par les données. Dans cette perspective, leur institution a lancé un autre projet basé sur l’analyse prédictive ayant pour objet d’optimiser son programme de détection des peintures au plomb dans les habitations de la ville. Cette approche, qualifiée d’« active » par les auteurs, doit permettre d’économiser du temps et de l’argent en concentrant les ressources d’inspection dans les maisons où le risque d’empoisonnement des enfants est le plus élevé.

Lire l’article  

 

En complément :

une analyse de l’Ifrap sur l’utilisation des données de santé

et un débat (en anglais) sur la protection de ces données

 

À lire sur Business Analytics Info :

« Santé publique : améliorer les traitements grâce aux big data »

et « Chicago compte sur les big data pour veiller sur son environnement »