Gestion de l’énergie : l’analytique pour garder la ville au frais

La Californie est connue pour son climat ensoleillé. Lorsque celui-ci devient caniculaire, les habitants ont le réflexe de mettre en marche leur système de climatisation. Tous les climatiseurs tournent alors à plein régime et contrairement à nos latitudes, les pics de consommation d’électricité ont lieu en été, et non en hiver. La division en charge de l’énergie de la ville de Palo Alto a mis en place un système analytique pour réguler la consommation et anticiper ces pics de demande d’électricité. 

En Californie, le climat est plus clément mais les vagues de chaleur sont plus courantes que sous nos latitudes et posent des problèmes de surcharge du système électrique. Pour faire face aux pics de consommation dus à l’utilisation intensive des climatiseurs pendant la belle saison, la division énergie de la ville de Palo Alto a mis en place un programme spécifique. Basé sur l’analyse du comportement des clients, il vise à anticiper la demande. Les participants donnent leur accord pour que leur consommation d’énergie soit contrôlée et limitée par l’administration lors de périodes de grande demande. En échange, ils reçoivent des crédits lorsqu’ils parviennent à se tenir aux objectifs de réduction de la consommation.

Depuis que le programme a été mis en place, le service énergie de la ville a réduit la consommation d’électricité de 1,2 mégawatt en moyenne, chiffre symbolisant la différence entre la surcharge du système et la situation « normale » où les climatiseurs continuent leur travail. Fruit d’une collaboration étroite entre AutoGrid – un spécialiste de logiciels dédiés au monde de l’énergie – et les autorités locales, ce programme compte notamment parmi ses participants les grandes entreprises de la ville et l’hôpital local.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

un article sur l’utilisation des big data en Europe

et un autre sur les smart buildings

 

A lire sur Business-Analytics-Info.fr :

« Ford passe au vert avec les big data »

et « Les villes du futur pilotées par les big data »