Révolution dans le recrutement : le CV fera-t-il le poids face à l’analyse des données ?

Grâce à la numérisation des données, à la puissance des technologies qui ont permis l’exploitation des big data, les entreprises ont modifié leur approche dans de nombreux secteurs. Et ça marche ! En matière de GRH, les méthodes de recrutement ont évolué. S’appuyant sur  l’historique de leurs données, les entreprises peuvent par exemple déterminer le type de profil des employés qui resteront le plus longtemps et changer en conséquence leurs critères de sélection des candidats.

Selon une étude menée par NewVantage Partners, 85% des dirigeants des plus grandes entreprises mondiales ont déjà lancé ou prévu un projet lié aux big data. Les ressources humaines et le recrutement sont bien-sûr concernés et on se demande si ces deux disciplines, par définition basées sur le contact humain, ne pourraient pas devenir une science !

Plusieurs experts en recrutement nous parlent de leur expérience et de leurs nouvelles méthodes de travail basées sur les nouvelles technologies. Une directrice des ressources humaines de Xerox, entreprise à la pointe de l’utilisation des big data dans de multiples domaines, affirme ne plus regarder les CV. En charge du recrutement de 30 000 personnes pour le centre d’appels de Xerox Services chaque année, elle utilise les big data et les réponses des candidats à de multiples questions pour leur accorder ou non un entretien. La solution d’analyse croise les réponses avec les causes de départ connues et les résultats sont parfois surprenants. En effet, ces données ont par exemple montré que les personnes qui font partie d’un ou deux réseaux sociaux ont tendance à rester dans l’entreprise plus longtemps que ceux qui appartiennent à quatre réseaux ou plus. En changeant leur approche et en la basant désormais sur ces informations, le taux de renouvellement du personnel du centre d’appels a baissé de 20%.

Dans un contexte où l’analyse de l’empreinte que nous laissons sur Internet est devenue une source d’informations majeure pour de nombreux acteurs, il faut imaginer que cette science remplacera, un jour peut-être, le premier contact humain. Dans cette perspective, quand vous changerez de poste, pensez aussi aux traces que vous laissez sur Internet !

Lire l’article (en anglais) 

En complément,
un article sur une étude de Xerfi sur le même sujet

et un autre (en anglais) sur la pertinence des big data pour trouver le bon candidat 

A lire sur Business-Analytics-Info.fr :

« Ressources humaines : le futur passe par les big data »

et

« Vers la naissance de nouvelles structures managériales »