Le virage stratégique et analytique de The Weather Company

The Weather Company était naguère une chaine de télévision câblée comme les autres. Mais ça, c’était avant. En quelques années, elle est devenue un fournisseur majeur de services météorologiques, affichant les prévisions les plus précises du marché. Les clés de cette transformation ? Les big data, l’open data et l’innovation. Grâce à un réseau de stations météo déployées par des particuliers, la société livre via des API ouvertes des prévisions pour 2,3 milliards de lieux dans le monde. Zoom sur la mutation exemplaire d’un business model, rendue possible grâce à l’analyse de données.

 

The Weather Channel Company a présenté son premier bulletin météo en 1950. La société qui a toujours été convaincue des bienfaits de l’innovation et des nouvelles technologies sur sa croissance, avait pour cela déployé un Eniac (Electronic Numerical Integrator Analyser and Computer ), alimenté avec des données contenues dans 25 000 cartes perforées. Aujourd’hui, symbole de sa mutation stratégique vers un rôle de fournisseur de données météorologiques, la société a abandonné le mot « Channel » pour devenir The Weather Company.

Entre temps, elle a développé un réseau de stations météorologiques installées par 34 000 particuliers dans le monde – dont 25 000 aux Etats-Unis – qui lui permet d’offrir des prévisions météo pour 2,3 milliards de lieux dans le monde, contre 2,2 millions quelques années auparavant. Les données des stations alimentent le modèle de prévision de l’entreprise qui est activé toutes les cinq minutes. Selon son responsable, grâce à ce système de crowdsourcing, la capacité de l’entreprise à améliorer ses prévisions dans les deux ans qui viennent est supérieure à celle des vingt années précédentes.

Mais The Weather Company ne s’est pas arrêté là. Considérant que la valeur ajoutée résidait plus dans des applications créées pour les métiers que dans les données elles-mêmes, la société a d’une part décidé de fournir gratuitement ses données via des API ouvertes (si elle est consciente qu’elle « arme ses concurrents », elle considère que cette concurrence lui permet d’avancer plus vite et stimule sa créativité) et d’autre part de développer des applications apportant une forte valeur ajoutée métier, grâce à des données fournies en temps réel. La météo a un impact sur un tiers du PIB mondial, de nombreuses entreprises sont prêtes à investir pour obtenir des données vitales pour leurs activités.

 

Lire l’article

 

En complément :

un article sur l’influence des variations météorologiques sur la consommation de vidéos en ligne
et un article complémentaire (en anglais) sur l’expérience de The Weather Company.

A lire sur Business Analytics Info :

« Celio optimise son offre et sa communication grâce aux big data »
et « Les stations de ski surfent sur la vague mobile et big data ».