Regard sur le présent et le futur de l’analytique

Auteur du best-seller « Win with Advanced Business Analytics » et vice-président de Monster Worldwide, Jean-Paul Isson promeut une analytique intégrée, générant une connaissance pratique qui alimente les prises de décision des entreprises. Il décrypte les ressorts qui aident les entreprises à passer d’une culture de prise de décision basée sur l’intuition à une culture analytique centrée sur les données et basée sur des faits. Pour en convaincre la direction, il suffit de lui en présenter les bénéfices mesurables.

Jean-Paul Isson est Global VP Predictive Analytics & BI chez Monster Worldwide, le leader mondial de la gestion de carrière en ligne. A l’occasion de la conférence annuelle de l’Association canadienne du marketing, il a livré son point de vue sur le métier de l’analytique et son regard sur son avenir. Partant du constat que les entreprises les plus agiles s’efforcent d’étayer leurs prises de décision sur l’analyse de données plutôt que sur l’intuition de leurs managers, il considère que l’analytique va devenir la norme dans la grande majorité des entreprises, à condition de convaincre la direction de ses bienfaits. Et pour cela, quoi de mieux qu’une étude de ROI, qui met en relief les apports de l’analytique, au niveau de la fidélité des clients, de la productivité des campagnes marketing et le niveau de satisfaction des clients ?

Selon lui, les entreprises ne disposant pas de spécialistes de l’analyse de données ou des Big Analytics (analyse des big data) au mieux prendront du retard sur leur concurrence, au pire feront faillite. Jean-Paul Isson pense que dans un futur proche les entreprises se concentreront plus sur l’acquisition de connaissances directement exploitables dans un contexte opérationnel (« actionable insights ») que sur les données – big ou pas – elles-mêmes. Et pour y parvenir, il considère que la visualisation de données élargira l’accès aux analyses à des publics de plus en plus variés et nombreux. La science de la donnée se déploiera peu à peu dans les entreprises avec un département spécialisé, dédié à la résolution de problématiques sociales. Enfin, si la valeur des données elles-mêmes diminuera à mesure que celle de l’analyse augmentera, la modélisation prédictive sera bientôt un outil dont disposeront l’ensemble des entreprises.

 

Lire l’article 

 

En complément :

une étude d’Accenture sur les différences entre l’approche rétrospective et l’approche prospective
et un article sur la manière d’enseigner l’analytique en Université

 

A lire sur Business Analytics Info :

« Retours d’expérience de responsables analytiques sur leurs projets big data »
et « La donnée : monnaie du futur ? »