Florilège d’idées reçues sur les Big Data

Depuis que les Big Data s’imposent dans les entreprises, plusieurs mythes à leur sujet ont fait surface. Si certains se disent encore que les Big Data ne sont qu’une mode éphémère, d’autres y voient un moyen d’éradiquer toute incertitude dans la prise de décision. Ils sont convaincus qu’il est possible de collecter toutes les données existantes et qu’il faut absolument toutes les utiliser. Retour sur quelques idées reçues auxquelles tordre le cou.

La prise de décision éclairée aux Big Data est présentée depuis quelques temps, comme la solution à tous les maux de l’entreprise. Certes, les data aident à mieux comprendre le comportement des clients et contribuent à des décisions plus pertinentes. Pour autant, il ne faut pas imaginer qu’elles peuvent éliminer toute incertitude. Plus exactement, elles permettent de réduire les doutes. Ainsi, une fusion, un lancement de produit, voire une embauche garderont toujours une dimension de pari.

A l’inverse de cette vision de la donnée toute puissante, certains doutent encore de l’intérêt des Big Data. Elles ne seraient que la tendance du moment, prête à disparaitre du jour au lendemain. Les tenants de cette position oublient que, de fait, la quantité de données ne cesse d’augmenter. L’engouement pour les Big Data durera plus ou moins longtemps, mais ce qui est certain, c’est que les entreprises qui ne montent pas à bord dès maintenant courent le risque de se voir dépasser par leurs concurrentes.

Autre idée préconçue : il serait possible aujourd’hui de récupérer toutes les données qui existent. Loin s’en faut. Même Google n’en est pas capable et se contente d’indexer le Web en surface. En fait, le « Web profond » contiendrait vingt-cinq fois plus de data. En réalité, seuls 4 à 6% de toutes les informations du net sont accessibles.

Enfin, un autre mythe affirme qu’il convient d’utiliser absolument toutes les données disponibles pour bien décider. C’est oublier un peu vite que toutes les données n’ont pas la même valeur. Par exemple, certaines entreprises gardent un œil sur les contenus des e-mails pour prendre la température en interne. Pour autant, tous les messages n’offrent pas grand intérêt dans la démarche. Toutes les données ne sont pas utiles et, s’il vaut mieux en détenir plus que moins, il ne faut pas non plus chercher à accomplir une impossible exhaustivité.

Lire les articles (en anglais) : 1er article et 2ème article.

En complément, un article sur d’autres idées reçues sur les Big Data et un article sur la longévité des Big Data.

A lire sur Business Analytics Info: « L’offre des solutions sur les Big Data prend de la maturité » et « Une réflexion sur le futur des Big Data ».