La Chine, précurseur du m-commerce

En Chine comme nulle part ailleurs dans le monde, e-commerce et mobilité ont bouleversé les usages des consommateurs. Aujourd’hui, plus de 95 % des internautes chinois sont des mobinautes. Quelles conséquences pour le premier marché intérieur mondial et quelles opportunités pour les marques ?

Le marché chinois est aussi vaste que concurrentiel. L’activité de e-commerce représente 600 milliards de dollars et compte pour 14 % de toute l’activité de distribution (produits alimentaires inclus). Ultra-connectés, ultra-sollicités, les Chinois sont logiquement très exigeants en matière d’expérience client. Les distributeurs présents dans l’Empire du milieu n’hésitent donc pas à exploiter les atouts du marché. A l’instar d’Alibaba et Tencent, ils misent sur une stratégie horizontale pour élargir la collecte de données à différents aspects de la vie du consommateur et enrichir ainsi leurs connaissances des parcours clients.

 

Une longueur d’avance dans les applications technologiques

 

Ainsi, les marques chinoises proposent déjà à leurs clients des offres ultra-personnalisées – sans intermédiaire. Car c’est là en effet l’un des principaux enjeux de ce marché précurseur en matière d’e-commerce : passer d’une segmentation marketing verticale (encore en vigueur en Occident) à une relation individuelle avec le client. Une véritable révolution dans l’univers des biens de grande consommation ! Les marques internationales, qui doivent déjà composer avec des consommateurs plutôt nationalistes, sont sur le pont pour rattraper leur retard. Le temps est venu d’imaginer de nouveaux business models axés sur des services ou le partage (l’économie du partage pourrait représenter 20 % du PIB national d’ici 2025).

 

Mais la Chine est déjà bien engagée dans la transition vers le digital, comme en témoigne les progrès de l’intelligence artificielle dans des champs aussi variés que l’e-commerce, la messagerie, les services localisés ou la domotique. Même constat pour la technologie de la blockchain dont les applications se multiplient dans la distribution, notamment pour garantir la traçabilité des produits. Le challenge consiste donc, pour la Chine comme pour le reste du monde, à former les talents qui sauront maîtriser ces technologies digitales tout en restant créatifs et empathiques – des compétences qui seront de plus en plus recherchées, dans un contexte où prix et qualité devraient se niveler avec le temps.

 

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Les tendances 2018 à suivre dans l’univers de la distribution,

Décryptage des tendances en provenance de Chine.