L’intelligence artificielle, une vitamine pour la santé

Intégrée dans un nombre croissant d’applications, l’intelligence artificielle change peu à peu notre quotidien. Cette évolution s’observe notamment de plus en plus dans le secteur de la santé, tant pour les médecins que pour les patients ou les chercheurs. L’abondance de données en constitue la pierre angulaire.

Selon une étude de McKinsey de 2013, l’usage de l’intelligence artificielle (IA) pourrait conduire à des économies à hauteur de 100 milliards de dollars par an dans les dépenses de santé, en améliorant l’efficacité des essais cliniques, de la recherche et de la prise de décision. À travers les appareils mobiles, les équipements ou vêtements connectés (wearables) ou les dossiers médicaux, les données abondent pour alimenter des algorithmes d’apprentissage automatique qui se perfectionnent avec le temps. De nouvelles applications apparaissent régulièrement et démontrent leur utilité dans les cabinets médicaux et au-delà.

 

Reconnaissance d’images, analyse textuelle, réseaux de neurones

 

L’IA, par le biais de la technologie de reconnaissance d’images notamment, assiste déjà les médecins dans la détection de tumeurs cancéreuses, le diagnostic de maladies génétiques rares ou la lecture et l’interprétation de radiographies. Les fonctions d’analyse textuelle représentent un atout important pour déceler les premiers signes d’une dépression, ou même anticiper un risque de suicide, via l’analyse du comportement du patient.

En outre, des chercheurs ont développé des moyens thérapeutiques à l’aide de robots conversationnels (chatbots), auxquels les patients s’ouvrent plus facilement qu’à des humains dont ils craignent le jugement. Les réseaux de neurones sont également utilisés pour valider la mise au point d’appareils auditifs, de prothèses ou d’exosquelettes.

Bien-sûr, à mesure que des fonctions d’intelligence artificielle sont intégrées à des dispositifs de plus en plus nombreux et variés, la régulation se complexifie. Les questions sont nombreuses, depuis la protection des données personnelles jusqu’à la responsabilité des prises de décision. Une régulation d’autant plus complexe qu’elle doit intervenir sur un terrain en évolution permanente, du fait du rythme effréné de l’innovation technologique.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article au sujet du livre blanc du Conseil national de l’Ordre des médecins sur l’intelligence artificielle en santé,

et un autre à propos d’une start-up développant un système d’apprentissage automatique pour la prédiction en santé.