L’intelligence artificielle réinvente le travail

A la question de savoir si l’IA représente une menace pour l’emploi, un récent rapport de Gartner se veut rassurant. Malgré les 1,8 million de postes voués à l’automatisation, 2,3 millions d’emplois devraient voir le jour d’ici 2020. Reste aux collaborateurs à monter en compétences et aux entreprises à s’adapter à la nouvelle donne.

On le sait, l’automatisation menace les métiers les moins qualifiés. Mais le développement de l’intelligence artificielle entraîne parallèlement l’émergence de nouvelles fonctions, dont certaines sont totalement inédites. La preuve : on observe déjà aujourd’hui une pénurie de talents dans le domaine de l’IA. Rares sont les profils qui conjuguent les connaissances et compétences nécessaires pour mener à bien des projets de ce type, tout en accompagnant la transformation digitale de l’organisation. C’est pourquoi les entreprises doivent investir dès à présent dans la formation continue et le développement des compétences de leurs collaborateurs.

 

Intelligence artificielle, une alliée plus qu’une rivale

 

Indépendamment des secteurs et des services, l’activité professionnelle est en pleine mutation. Les nouvelles technologies bouleversent les pratiques. Les chatbots, par exemple, interviennent sur des tâches à faible valeur, dégageant ainsi du temps pour se recentrer sur d’autres, à plus forte valeur ajoutée. Les collaborateurs s’affranchissent des tâches répétitives et assument de nouvelles responsabilités réclamant de nouvelles compétences. Dans ce nouveau contexte, la soif permanente de développer de nouvelles compétences sera plus valorisée que jamais sur le marché du travail.

 

Oliver Schabenberger, CTO chez SAS, se montre confiant quant à l’éventuelle extension du périmètre d’application de l’IA, soulignant que les systèmes intelligents restent incapables de créer, d’innover ou de raisonner… autant de facultés encore propres à l’humain ! Un point de vue que partage David Lavenda, vice-président de Harmon.ie, pour qui l’intelligence artificielle n’est pas vouée à remplacer le jugement humain, mais plutôt à accélérer les tâches administratives et aider à la prise de décision. En ce sens, l’IA doit être envisagée comme un moyen au service d’une fin : travailler mieux, plus rapidement et plus intelligemment.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Le top-5 des métiers qui devraient émerger en 2018 selon le MIT

L’intelligence artificielle doit soutenir les collaborateurs dans leurs fonctions