Les multiples débouchés de l’apprentissage automatique

Les géants du numérique n’ont pas le monopole de l’apprentissage automatique. Un nombre croissant d’initiatives utilisant cette technologie d’intelligence artificielle fleurissent aujourd’hui dans le monde, dans des domaines toujours plus variés, grâce à l’abondance de données disponibles.

Google, Microsoft, Amazon, Baidu, Facebook… Tous les géants du numérique financent des programmes d’intelligence artificielle, en particulier dans le domaine de l’apprentissage automatique. Chacune de leur avancée dans ces domaines, même minime, est largement médiatisée. Sous les eaux de cette vague technologique bourgeonnent beaucoup d’autres initiatives à la fois concrètes et surprenantes, qui sont le fruit d’entrepreneurs ou de chercheurs. Elles démontrent la diversité des applications potentielles de l’apprentissage automatique.

 

Justice, santé, environnement, … : les nombreuses applications de l’apprentissage automatique

 

Dans le secteur de la police et de la justice, un groupe d’économistes et d’informaticiens ont entraîné un algorithme, à partir de centaines de milliers de cas observés dans la ville de New York, leur permettant de mesurer le risque qu’un prévenu en attente de jugement quitte le territoire. De son côté, la start-up Legal Robot a conçu un modèle par apprentissage profond permettant de faciliter la lecture des documents juridiques. Enfin, PayPal utilise la même technique d’intelligence artificielle et d’analytique pour prévenir le blanchiment d’argent.

L’apprentissage automatique trouve aussi des débouchés en matière de santé ou d’environnement. Un groupe de chercheurs a ainsi développé un algorithme qui prédit le temps d’attente à l’hôpital en tenant compte de diverses variables, comme le jour de la semaine, la météo ou le personnel disponible, et dont la précision s’améliore avec le temps. Plus anecdotique, un système a été élaboré pour détecter les tendances psychopathes des utilisateurs de Twitter en se basant sur des schémas de langage.

Côté nature, un programme de l’Université Cornell s’appuie sur l’apprentissage automatique pour prévoir la position et la trajectoire des baleines, grâce à un réseau de bouées qui scannent leurs appels, afin d’éviter des collisions accidentelles avec les navires. Enfin, des scientifiques de Los Alamos ont progressé dans l’immense défi de la prévision de tremblements de terre par le biais d’une simulation permettant de les « entendre » bien avant qu’ils se produisent.

Là où il y a encore quelques années on aurait crié à l’utopie, on voit les frontières de l’imagination reculer toujours plus loin.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article au sujet de tendances pour l’intelligence artificielle en 2018,

et un autre à propos d’une intelligence artificielle performante dans un test de compréhension.