Les réseaux de neurones à la conquête de l’espace

L’agence spatiale américaine a annoncé mi-décembre la découverte d’un système stellaire similaire à celui du Soleil. Pour repérer la huitième exoplanète, distante de 2500 années-lumière, les chercheurs ont utilisé la technique d’intelligence artificielle des réseaux de neurones. Cette approche va être appliquée à des dizaines de milliers d’étoiles.

Depuis qu’elle sait que la planète qui l’abrite tourne autour d’un astre dans un univers qui en compte une infinité, l’humanité s’est toujours demandé si la vie existait en dehors de la Terre et du système solaire. Pour répondre à cette énigme, tous les moyens sont bons. En particulier, les progrès de l’intelligence artificielle permettent aujourd’hui aux astronomes d’avancer beaucoup plus vite dans cette quête. Récemment, des chercheurs de l’agence spatiale américaine (Nasa) ont utilisé la technique des réseaux de neurones pour découvrir des exoplanètes à partir des observations du télescope spatial Kepler.

Ainsi, le 14 décembre dernier, la Nasa a annoncé avoir découvert une huitième planète dans l’orbite de l’étoile Kepler-90, située à 2545 années-lumière de la Terre, grâce à des algorithmes d’apprentissage automatique de Google. Ceux-ci permettent en effet d’analyser très rapidement les variations de luminosité d’un astre et donc de détecter la présence potentielle d’une exoplanète passant devant. Cette approche qui a été utilisée pour découvrir 2 500 exoplanètes  appelle d’autres découvertes puisque Kepler a déjà observé plus 150 000 étoiles depuis sa mise en service. Qui sait si autour de l’une d’elle tourne une planète disposant de toutes les conditions permettant l’apparition et le développement de la vie ?

 

Lire l’article

 

En complément :

Un article (en anglais) au sujet de l’expérience client et de l’IA dans le domaine aérien,

et une autre (en anglais) à propos des limites de l’IA.