Comment IoT et données transforment l’industrie du BTP

L’évolution des machines de construction ces dernières années est saisissante. Désormais équipées de capteurs, elles peuvent s’appuyer sur de multiples sources de données pour optimiser les opérations. Une mutation qui ouvre la voie à de nouvelles applications et de nouveaux modèles économiques pour le secteur du BTP.

Si la révolution des machines de construction est plus discrète que celle de l’automobile connectée — et bientôt autonome — elle s’avère tout autant, sinon plus, impressionnante, et surtout concrète. Les grands acteurs du secteur, tels Caterpillar ou Volvo CE, se sont emparés de l’IoT et de l’analyse de données pour offrir aux professionnels du BTP de meilleurs outils, mais aussi de nouveaux services à forte valeur ajoutée. Introduits dans les années 1990 pour collecter des informations télémétriques, les capteurs font désormais partie de l’équipement de base des nouvelles machines. Aujourd’hui, les données transitent en temps réel sur les réseaux mobiles, avant d’être stockées dans des bases de données distantes et traitées par des outils analytiques avancés.

 

Des services à forte valeur ajoutée pour les professionnels du BTP

 

Pour Caterpillar, leader du secteur avec plus de 500 000 machines presque toutes connectées, la motivation initiale était de collecter des données afin d’améliorer la conception et la fabrication de leurs produits. L’intérêt pour la technologie de l’Internet des objets s’est rapidement étendu aux revendeurs et aux clients, jusqu’à faire évoluer le modèle économique de l’entreprise. Celle-ci a notamment développé un système baptisé « CAT Connect » permettant aux usagers d’optimiser l’utilisation de ses machines grâce à l’analyse des données. Par exemple, un engin de terrassement peut améliorer de 30 % la précision du nivelage en utilisant le GPS et un modèle 3D.

Plus tardive, la conversion de Volvo CE aux bienfaits des données est néanmoins fulgurante. L’objectif principal du constructeur suédois est de fournir à ses clients plus qu’un équipement, à travers un bouquet de solutions à haute valeur ajoutée. L’entreprise expérimente ainsi un service de location, inspiré en partie du modèle de l’économie du partage, qui consiste à examiner les besoins des professionnels du BTP et de leur proposer une flotte de machines en adéquation, à l’image d’une société de conseil. Dans ce cadre, Volvo a également élaboré un magasin d’applications destinées aux engins de construction.

Malgré la concurrence, les acteurs du secteur se sont mis d’accord pour établir des standards afin de faciliter le partage de certains types de données, comme les coordonnées GPS ou les heures de fonctionnement. Enfin, grâce à l’accumulation de ces données normalisées issues de l’IoT, l’apprentissage automatique permettra à la prochaine génération de machines d’œuvrer de manière toujours plus autonome et d’accroître la sécurité des opérations, selon les projections des fabricants.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article (en anglais) au sujet de l’IoT comme arme dans la lutte contre le braconnage maritime

et un autre (en anglais) à propos des tendances de l’IoT en 2018