L’analytique lève le voile sur les réseaux de blanchiment d’argent

La complexité des réseaux par lesquels transite l’argent du terrorisme rend leur démantèlement laborieux. Mais les technologies analytiques pourraient bien changer la donne, en révélant les liens existants entre les différents points de transaction pour identifier les responsables. Retour sur les modalités d’un système de traque performant.

Ils peuvent être banquiers, avocats, bijoutiers, transporteurs… et s’appuient sur les failles réglementaires des systèmes financiers pour élaborer des réseaux complexes de sociétés fictives au travers desquelles transite l’argent du terrorisme. Sans leur aide, pas de blanchiment. Compte tenu de la sophistication du parcours des capitaux et du nombre de points de transaction, leur traque s’avère un véritable casse-tête pour les enquêteurs, jusqu’alors contraints de remonter leur piste en recoupant manuellement les informations.

 

Qualité des données et recoupement d’informations

 

Car si les agences gouvernementales accumulent les données sur le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, elles peinent encore à les exploiter. La mise en place d’un système et d’outils analytiques avancés permet d’accélérer la détection de ces activités. Une simple couche d’intégration connecte en un point central différentes bases de données, qu’elles soient stockées au sein de l’agence, d’un département ou au niveau d’autres entités locales, régionales ou nationales… De quoi fournir aux enquêteurs en quasi temps réel les liens et données géospatiales qui relient entre elles les individus et les transactions financières concernées.

 

L’efficacité du système repose sur la qualité des informations. Ce qui passe par la suppression des données non standard ou dupliquées, mais également par la « résolution d’entité », des individus n’hésitant pas à modifier leur identité ou à fournir des données incomplètes pour empêcher le recoupement des informations entre différentes bases de données. Des outils analytiques efficaces permettront ainsi de déterminer que le John Williams qui apparaît ici est bien la même personne que le J. P. Williams qui apparaît plus loin.

 

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Les big data dans la lutte contre la fraude financière,

Réduire les coûts de la lutte contre le blanchiment en misant sur les technologies.