Des robots pour optimiser l’approvisionnement de Walmart

Optimiser l’approvisionnement représente un défi majeur pour les distributeurs. Pour le relever, le géant américain Walmart a récemment déployé des robots dans les rayons de plusieurs de ses points de vente. Cette automatisation de la vérification des stocks vise aussi à décharger les employés des tâches les plus pénibles.

Dans la période de frénésie qui précède les fêtes de fin d’années, les entreprises de la grande distribution redoutent encore plus qu’à l’accoutumée les ruptures de stock. Pour s’en prémunir, il s’agit d’assurer l’approvisionnement des magasins ou des entrepôts de manière optimale et en quasi temps réel. Une tâche qui s’avère autant ardue que pénible pour un être humain.

 

Un gain de productivité de 50 % pour le réapprovisionnement des rayons

 

C’est pourquoi le leader américain du secteur, Walmart, expérimente depuis peu des robots chargés de sillonner les allées d’une cinquantaine de ses points de vente aux États-Unis pour s’assurer qu’aucun article ne manque à l’appel. Ces systèmes autonomes d’à peine 61 cm de haut, équipés d’une caméra, scannent les rayonnages à la recherche de produits égarés, tout en vérifiant les étiquettes et les prix. Les erreurs relevées sont ensuite communiquées à des employés qui s’occupent de réassortir les stocks.

Selon le directeur de la technologie de Walmart, les robots sont à la fois plus précis et trois fois plus rapides que les humains pour couvrir l’ensemble des rayons, générant un gain de productivité de 50 % pour cette tâche. Mais l’entreprise n’est pas la seule du secteur de la grande distribution à miser sur l’automatisation pour optimiser ses coûts. Le numéro un mondial du commerce en ligne, Amazon, utilise déjà des robots dans certains entrepôts pour le « picking » et l’emballage des produits.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article détaillant les conclusions d’un rapport de Gartner sur les opportunités de création d’emplois véhiculées par l’intelligence artificielle,

et un autre (en anglais) à propos d’entrepôts presque entièrement automatisés.