Le groupe La Poste mise sur les startups

Afin de parer à la baisse de son activité historique de livraison de courrier, La Poste a lancé un programme inédit d’accompagnement de jeunes pousses du monde des objets connectés nommé « French IoT ». À travers un hub numérique, elle valorise les innovations en matière de smart city, de e-santé ou de mobilité et compte bien en faire un nouveau relai de croissance.

Comme beaucoup d’entreprises historiques, La Poste poursuit la numérisation de ses activités afin de faire face à l’érosion de ses métiers traditionnels, telle la livraison de courrier. Le groupe investit en particulier dans le secteur de l’Internet des objets (IoT), en favorisant l’éclosion de jeunes pousses proposant des services innovants en matière de domotique, de santé connectée, de smart city ou encore de bien-être au travail. Ce projet est inédit pour le groupe qui se lance pour la première fois de son histoire sur un marché émergent, via la constitution d’un réseau de partenaires.

 

Co-innovation et valorisation des savoir-faire

 

Concrètement, La Poste a financé le développement d’une plate-forme, baptisée « Hub Numérique », regroupant l’ensemble des applications créées par les startups de son programme d’accompagnement. L’un des avantages de cette plate-forme est de proposer des applications qui sont toutes compatibles et accessibles via la même application mobile. Un autre consiste à compiler et à croiser les données issues de ces différentes applications afin de les améliorer.

Pour réussir son pari IoT, l’entreprise de service public peut compter sur le savoir-faire de sa filiale Docapost, forte de 4 600 collaborateurs et spécialisée dans la gestion de données (numérisation et stockage en ligne de documents). Celle-ci dispose par exemple de son propre cloud et des habilitations nécessaires pour héberger des données de santé.

Le modèle de croissance du Hub Numérique repose principalement sur la fourniture d’un accès à la plate-forme à divers partenaires (Altarea Cogedim, BNP Paribas, etc.), qui peuvent créer leurs propres applications sans avoir à disposer d’une infrastructure dédiée. L’autre intérêt pour La Poste est de repérer des jeunes pousses dont les innovations lui permettraient d’améliorer sa productivité dans ses métiers historiques, par exemple grâce aux objets connectés et à la maintenance prédictive. Accompagnant 15 de ces startups de « French IoT » au prochain Consumer Electronic Show (CES) à Las Vegas, La Poste entre de plain-pied dans le monde de l’innovation.

 

Lire l’article

 

En complément :

Un article au sujet des investissements dans l’IoT,

Une tribune sur le mariage réussi de la co-innovation et de l’Internet des objets,

et un autre (en anglais) sur l’impact des objets connectés.