Le revenu de base universel fondé sur une cryptomonnaie ?

Et si la blockchain représentait l’opportunité de réinventer notre rapport à la monnaie ? Alliée à Internet, cette technologie ouvre la voie à la relocalisation de l’activité économique et à la mise en place d’un revenu de base universel. C’est le point de vue développé par deux entrepreneurs particulièrement sensibles aux questions de société.

Déjà prisée par un nombre croissant d’acteurs de l’économie mondialisée traditionnelle, la blockchain suscite aussi de l’espoir chez les partisans d’un post-capitalisme écologiquement responsable. Dans une tribune publiée par le site Fast Company, deux d’entre eux, Martin Kirk et Andy Milenius, voient dans cette technologie le moyen de répondre à la nécessité de relocaliser notre économie pour s’orienter vers un développement plus soutenable. Selon ces entrepreneurs, le registre distribué sur lequel repose la blockchain permettrait notamment de concrétiser la mise en œuvre d’un revenu de base universel (RBU).

 

Un potentiel de désintermédiation pour concrétiser le revenu de base universel

 

Cette dernière idée est par exemple soutenue par des figures de la Silicon Valley comme Mark Zuckerberg ou Elon Musk, notamment dans l’idée de répondre aux conséquences redoutées de l’automatisation. Cependant, estiment les auteurs de la tribune, le RBU est majoritairement envisagé comme une simple aide sociale et serait, dans cette optique, versée dans les devises conventionnelles. De ce fait, il ne changerait pas fondamentalement la structure d’un système économique centralisé, reposant sur une monnaie elle-même basée sur la création de dette.

Pour Martin Kirk et Andy Milenius, le potentiel de désintermédiation de la blockchain constitue la clé pour concrétiser le RBU et contribuer à une renaissance de l’économie en partant de la base, à savoir les citoyens. Ils imaginent ainsi une cryptomonnaie — à l’image de Bitcoin — libérée de toute autorité centrale, créée sans dette à un niveau individuel et distribuée uniformément. Conçue pour fonctionner à l’échelle locale, sa valeur serait indexée sur les relations de confiance entre les utilisateurs, ce qui peut facilement être matérialisé dans une blockchain. Les deux entrepreneurs estiment toutefois que cette technologie doit encore mûrir pour éviter de reproduire les structures de pouvoir actuelles.

 

Lire la tribune (en anglais)

 

En complément :

Une tribune au sujet de la blockchain comme révolution sociale,

et un article prospectif (en anglais) sur les tendances liées à la blockchain.