Les smart buildings réinventent la vie dans la cité

Après avoir transformé la société à l’échelle internationale, le digital promet de révolutionner notre environnement local. C’est en tous cas l’avis de l’architecte Eric Cassar, qui voit dans les « smart buildings » – bâtiments qui associeront architectures physique et numérique – les prémices d’une nouvelle conception du « vivre ensemble » plus responsable, plus solidaire.

Il pourrait s’agir là d’une rupture plus importante encore que celle du passage du téléphone portable au smartphone… L’impact du digital sur l’architecture urbaine pourrait en effet modifier notre façon de vivre collectivement dans la cité et ce, jusqu’à l’échelle de ce petit ensemble que représente l’immeuble. D’après Eric Cassar, l’émergence du numérique dans l’architecture physique, au travers des smart buildings, promet de fédérer les espaces et leurs habitants autour de nouveaux services. Le bâtiment devient une « ressource » : de passif, il devient actif. Équipé d’une intelligence artificielle, il devrait notamment permettre de transformer la gestion de l’énergie, des espaces ou encore de la sécurité.

 

La promesse d’une nouvelle économie sociale et solidaire

 

L’enjeu, pour le bâtiment moderne, consiste à cumuler les avantages du village (proximité) et ceux de de la ville (anonymat). Cette organisation, qui rappelle le fonctionnement de la blockchain, devrait encourager la mise en relation des habitants dans une perspective de commerce équitable et favoriser la cohésion du groupe face aux sollicitations externes. Cette mutation vers une architecture numérique ou mixte implique toutefois de repenser nos normes, nos méthodes et nos habitudes, ainsi que de nombreux ratios économiques (par exemple, des charges locatives ou de copropriété plus élevées pourraient entraîner des économies via une réduction des dépenses courantes). Ces nouveaux modèles devraient donc favoriser l’émergence d’une économie sociale et solidaire au sein d’un espace collectif dans lequel chacun serait à la fois consommateur et producteur de services, avec à la clé une augmentation du pouvoir d’achat pour tous.

 

Lire l’article

 

En complément :

Bill Gates fonde sa smart city en Arizona,

La smart campagne, le pendant rural de la smart city.