La blockchain dynamise transition énergétique et mobilité

Le partage de biens et de services entre citoyens constitue la clé de voûte de la ville intelligente. Dans cette optique, la blockchain permet de certifier et de sécuriser les échanges de données des parties prenantes. De nombreux projets en matière de transition énergétique et de mobilité émergent actuellement grâce à cette technologie.

La technologie blockchain représente un levier pour multiplier les réseaux de partage entre habitants d’une ville ou d’un quartier. À la fois décentralisée et sécurisée, elle permet aux individus d’interagir sans intermédiaire, en donnant un accès égal aux informations et en garantissant leur intégrité. Avec ce surcroît de pouvoir donné aux citoyens, la blockchain peut devenir le moteur des villes intelligentes (smart cities), où se concrétiseront de nouveaux concepts comme l’autoconsommation énergétique collective ou la mobilité partagée.

 

La blockchain propulse l’économie locale circulaire

 

De nombreux projets ont vu le jour ces derniers mois en ce sens, notamment dans le domaine de la transition énergétique. À New York, dans le quartier de Brooklyn, des voisins s’échangent l’énergie photovoltaïque qu’ils produisent. Dans les Pyrénées-Orientales, trois bâtiments publics connectés en micro-réseau indépendant ambitionnent de réduire leur consommation d’énergie carbonée. Ce type de circuit court de production et de consommation d’énergie présente l’avantage de limiter la déperdition liée à son transport. Plus généralement, la blockchain permet de mesurer, stocker et certifier des informations relatives aux différents flux d’énergie, sans passer par un tiers extérieur.

Les possibilités de cette technologie changent aussi la donne dans le domaine de la mobilité, en ouvrant la voie à des dispositifs d’échange de biens et de services. La plateforme « Tesseract » de la multinationale EY, par exemple, facilite le partage d’un véhicule par les collaborateurs d’une entreprise ou les résidents d’un même immeuble. En Allemagne, le réseau « Share and Charge » est utilisé par les particuliers pour mettre à disposition leur borne de recharge pour véhicules électriques en échange d’une rémunération. Avec la possibilité d’établir des smart contacts entre les usagers, la blockchain peut contribuer au développement d’une économie locale circulaire.

 

Lire l’article

 

En complément :

Un article (en anglais) au sujet des initiatives smart city de la ville de New York,

et un autre à propos de l’usage de la technologie blockchain dans le secteur de l’énergie.