La cybersécurité est désormais l’affaire de toute l’entreprise

Digitalisation oblige, la cybersécurité concerne aujourd’hui l’entreprise dans son ensemble et non plus la seule DSI. Face aux risques métiers désormais associés aux menaces numériques, chaque département doit s’impliquer dans la sécurisation du cyber-environnement, via le renforcement des stratégies préventives et l’anticipation des risques d’interruption.

En Asie, 59 % des entreprises connaissent au moins une fois par mois une interruption de leur activité causée par une faille de sécurité. C’est ce que révèle un récent rapport sur la cybersécurité publié par Telstra. Un chiffre qui s’explique par la digitalisation de l’activité (BYOD, mobilité, IoT) qui rend caduques les approches traditionnelles de sécurisation du réseau. Sans compter que l’intelligence artificielle et le machine learning fournissent aux cybercriminels les moyens de projeter des attaques de plus en plus complexes à contrer.

 

 Adapter la sécurité aux nouvelles menaces

 

Capables d’infecter 200 000 ordinateurs dans 150 pays et de générer des pertes de plusieurs millions de dollars… les cyberattaques prennent aujourd’hui une toute autre dimension. De plus, elles ne se contentent plus de cibler les logiciels, mais virent à l’espionnage, la désinformation ou encore la manipulation du marché. Se protéger contre ces nouvelles menaces exige des entreprises qu’elles prennent la mesure de ces cyber-risques, pour leur activité comme pour leurs clients.  Une approche qui consiste à intégrer la cybersécurité à tous les niveaux de l’entreprise (la DSI, les règles de sécurité, la formation des collaborateurs, etc.) et à ne pas hésiter à investir dans les technologies dernier cri pour contrer ces attaques.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

La cybersécurité à l’épreuve du changement de paradigme,

Internet des objets et sécurité.