L’intelligence artificielle sur la piste du délateur d’Anne Frank

Plus de 72 ans après les faits, le mystère demeure autour de l’informateur qui aurait livré Anne Frank et sa famille aux nazis. Pour tâcher d’élucider cette affaire, un ancien agent du FBI a fédéré une équipe de chercheurs autour d’un logiciel d’IA capable de croiser des millions de documents. Une méthode d’investigation qui porte déjà ses fruits.

Bien que les enquêtes menées en 1947 et en 1963 n’aient pas abouti, Vince Pankoke est confiant. Pour cet ancien du FBI, la masse d’informations dont on dispose aujourd’hui justifie pleinement une réouverture du dossier « Anne Frank ». La jeune fille, qui s’était cachée avec sept autres membres de sa famille dans l’annexe secrète du magasin de son père au cours de la seconde guerre mondiale, avait été déportée, sans doute suite à une dénonciation, au camp de Bergen-Belsen où elle est morte du typhus à l’âge de quinze ans. Après des années de recherches infructueuses pour découvrir le nom du délateur, l’espoir renaît grâce à un nouveau logiciel d’intelligence artificielle qui va permettre de croiser rapports de police, informations sur les espions nazis, investigations sur les proches de la famille,… pour établir de nouveaux liens, le tout en un temps record compte tenu de la puissance de traitement des ordinateurs désormais à disposition.

 

Reste à compiler la documentation qu’il va falloir parcourir pour répondre aux questions qui permettront d’élucider l’affaire. Quelles administrations étaient alors concernées ? Quels membres du parti habitaient le quartier ? Quels étaient leurs liens avec la Gestapo ? Où vivaient les agents de la Gestapo ? Bien que l’enquête soit fascinante, Vince Pankoke et son équipe ont conscience que ses conclusions pourraient s’avérer frustrantes si, comme l’a suggéré un article paru l’an dernier, ce ne serait pas un délateur mais un simple soupçon de fraude aux cartes de rationnement qui aurait alerté les nazis. Quoi qu’il en soit, la méthode a déjà permis de confondre le délateur d’une autre famille cachée dans le quartier pendant la guerre. Un succès que l’ancien agent du FBI attribue au recours à l’intelligence artificielle et à sa capacité à traiter d’importants volumes d’informations, ce qui permet que les recherches dépassent le strict champ de l’enquête et parviennent à lever le voile sur d’autres affaires similaires moins connues.

 

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

L’intelligence artificielle ouvre de nouvelles pistes dans l’affaire Gregory,

La Chine compte sur l’IA pour prédire le crime.