Kapu, une cryptomonnaie pour préserver les données archéologiques

L’usage de la technologie blockchain dépasse désormais le seul domaine de la finance. La possibilité de stocker et de partager des données infalsifiables représente un potentiel important pour les sciences sociales. Ainsi, des archéologues expérimentent une cryptomonnaie baptisée Kapu afin d’améliorer la préservation des vestiges.

Inquiet pour la sauvegarde de l’héritage antique de la ville de Capoue, où il a grandi, Martino Merola, un expert du développement de monnaies numériques, a eu l’idée d’associer technologie blockchain et archéologie à travers une application baptisée Kapu — en référence à la cité italienne. Pour lui, la blockchain constitue une solution simple et économique pour stocker des données cryptées, accessibles selon différents degrés de permission. Avec cette nouvelle cryptomonnaie, Martino Merola ambitionne de révolutionner la préservation des données archéologiques et patrimoniales.

 

Kapu s’appuie sur la blockchain pour stocker des données archéologiques

 

À l’instar du célèbre Bitcoin, Kapu s’appuie sur la technologie blockchain pour stocker et partager des informations sur des vestiges sous la forme d’enregistrements infalsifiables. Les données figurent dans un registre public et distribué, garantissant la transparence des échanges entre les pairs du réseau. Ainsi, musées et universités peuvent disposer d’un moyen inaltérable pour enregistrer leurs archives. Une partie de leur catalogue peut être stocké de façon privée grâce au cryptage des données, tandis que différents niveaux d’accès peuvent être accordés aux chercheurs ou au public pour certaines pièces. En associant un enregistrement unique à chaque antiquité, la blockchain permettrait par ailleurs aux autorités de lutter contre leur trafic et leur falsification.

 

Lire l’article (en anglais)

 

Un article (en anglais) sur l’écosystème de la technologie blockchain,

un autre (en anglais) à propos de la blockchain et de la criminalité,

et un autre (en anglais) au sujet de la blockchain dans les smart cities en Chine.