La protection des frontières est aussi une question de big data

Au-delà des questions politiques, le contrôle de l’immigration passe désormais par l’analytique. Pour examiner minutieusement l’identité d’une personne, les autorités aux frontières doivent pouvoir exploiter efficacement d’importants volumes de données provenant de multiples sources. L’adoption de plateformes analytiques est une évolution nécessaire pour assurer de meilleures décisions.

Quelle que soit l’issue des débats qui agitent les États-Unis ou l’Europe au sujet de l’immigration, le cœur de la mission des agents chargés de la protection des frontières demeure toujours le même : empêcher fraudeurs et terroristes de pénétrer sur le territoire. La principale difficulté de cette tâche consiste à déterminer précisément et efficacement l’identité d’une personne, afin de laisser passer les individus en règle tout en refoulant les personnes malintentionnées. Pour prendre la bonne décision, les contrôleurs doivent disposer d’outils et de systèmes leur permettant d’obtenir des informations pertinentes.

 

Optimiser le contrôle de l’immigration

 

Selon Ricky D. Sluter, spécialiste de la détection de la fraude chez SAS, trier la masse des données disponibles est la clef de la réussite de la police aux frontières en matière de contrôle de l’immigration. En pratique, les informations éparpillées entre les entités concernées (agences locales, fédérales, etc.) peuvent être consolidées au sein d’une plateforme centralisée, sans nécessairement investir dans de nouvelles infrastructures (par exemple grâce à Hadoop ou en faisant évoluer les systèmes en place). Ce type de plateforme accélère le traitement des big data, en tenant compte de leur variété et de leurs caractéristiques temporelles.

Grâce à des fonctionnalités analytiques avancées, les agents peuvent ainsi accéder en temps réel à toutes les données — préalablement nettoyées — par l’intermédiaire d’un tableau de bord unique, où les identités multiples habituellement utilisées par les fraudeurs sont plus facilement recoupées. Une aide précieuse à l’heure où le contrôle aux frontières est l’une des priorités des Etats pour lutter contre le terrorisme.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article (en anglais) au sujet de la science des données pour empêcher la fraude,

un autre (en anglais) à propos du caractère prédictif de la récente tuerie de Las Vegas,

et un autre (en anglais) sur les big data pour lutter contre les discriminations.