Réduire le risque d’accident à l’aide de modèles prédictifs

Limiter les accidents de la circulation et le nombre de morts est une préoccupation majeure des municipalités. La ville de New-York a développé des modèles prédictifs permettant de comprendre et d’anticiper l’impact de ses projets d’aménagements sur le trafic et le nombre d’accidents graves. Des projections qui vont gagner en précision avec l’essor des véhicules connectés et des capteurs urbains.

Des aménagements urbains peuvent-ils réduire le nombre d’accidents ou fluidifier le trafic ? C’est pour répondre à cette question que la ville de New York s’est tournée l’an dernier vers une ONG spécialisée dans le développement de solutions analytiques et d’intelligence artificielle dédiées aux problématiques urbaines et environnementales. Au terme d’un premier travail de collecte et d’analyse statistique de données issues de multiples sources (transports, démographie, contraventions…), les responsables du projet ont couvert 7 % du trafic de la ville. Des algorithmes de « propagation » et de machine learning ont été créés pour déduire le reste et disposer d’une carte couvrant 100 % du trafic.

 

La smart city comme vivier d’informations

 

L’accès à des modèles de prédiction du trafic et des accidents graves devrait étayer les décisions des responsables de l’urbanisme dans leurs projets d’aménagement – création d’un couloir réservé aux bus, nouveaux feux de signalisation, etc. Toutefois, la solution reste encore limitée. Elle ne permet pas, pour l’heure, d’établir des projections détaillées, faute de données… Trafic piéton, trafic cycliste ou encore comportement des conducteurs demeurent en effet des informations moins répandues et plus difficiles à collecter que celles relatives au trafic routier.

 

Les capteurs connectés qui colonisent peu à peu nos villes vont bientôt combler ce manque en apportant de précieuses informations sur la fréquentation des axes routiers. De plus, l’essor des véhicules connectés non seulement affinera les données relatives au trafic automobile, mais deviendra une source inestimable d’informations sur le comportement des conducteurs. La Ville de New York vient d’ailleurs de lancer un test avec les véhicules connectés de ses agents pour améliorer ses modèles prédictifs.

 

Lire l’article

 

En complément :

La donnée, clé de voûte du véhicule autonome
Smart city : le modèle japonais