L’ analyse des sentiments pour comprendre les réseaux sociaux

L’impact des prises de paroles sur les médias sociaux intéresse de plus en plus les analystes qui cherchent à comprendre les sentiments et les réactions qu’elles provoquent au sein des communautés. De nouveaux outils permettent le partage des données pour pallier le manque d’information et améliorer la visualisation des données.

Si on se reconnaît dans les paroles d’une chanson, c’est bien souvent que celles-ci traduisent précisément nos sentiments et nos émotions. Au sein de certains groupes, celles-ci ont une résonnance particulière en ce qu’elles portent des sentiments partagés par une communauté. Auparavant, ces groupes étaient relativement circonscrits, mais les réseaux sociaux ont changé la donne dans la mesure où chacun peut désormais s’exprimer, et tout propos relayé par une communauté, même réduite, attire l’attention. Ce terrain d’expression et d’influence intéresse tout particulièrement marqueteurs et analystes qui en tirent de la connaissance de valeur. Il bénéficie également aux observateurs politiques, sociologues, forces de police et de renseignement… Lorsque l’on considère un terrain comme Twitter, plateforme d’expression et de partage de référence, le travail est complexe et requiert une approche sophistiquée de compréhension des données.

 

La bibliothèque, pièce maîtresse dans la visualisation des données

 

Pour mesurer le poids de la variable « sentiments », la portée du contenu ne suffit pas. Non seulement, il convient de prendre en compte l’ensemble des canaux, mais également le foisonnement des médias sociaux. Pour répondre à ces impératifs, de nouveaux outils voient le jour. Ils reposent sur des protocoles de langages de programmation appelés « bibliothèques », qui réalisent automatiquement des séries de tâches spécifiques pour permettre aux analystes de se concentrer sur la seule interprétation. De ces bibliothèques dépendent ainsi la qualité de la restitution visuelle des données, une fois comblés les manques d’informations, et par conséquent la justesse de l’interprétation des sentiments exprimés par une communauté online. Des éléments à bien prendre en compte pour tirer les meilleures conclusions !

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Qui sont les grands patrons français en tête sur les médias sociaux ?

Comment Air France gère-t-il sa stratégie SMO ?