Comment Ford innove avec l’intelligence artificielle

L’industrie automobile est particulièrement active sur le front de l’intelligence artificielle. Si la voiture autonome apparaît comme l’application la plus évidente, la quasi-totalité des fonctions du secteur est en réalité concernée par l’essor de l’IA et de l’apprentissage automatique. Exemple avec le constructeur Ford.

En matière d’automobile, l’usage des réseaux de neurones artificiels est loin de se limiter aux véhicules autonomes. De la gestion de la chaîne logistique aux contrôles des moteurs, cette technique d’apprentissage automatique trouve une utilité dans de nombreux pans de l’industrie, et ce depuis plus d’une décennie. Chez Ford, par exemple, la première application à grande échelle fut un système de détection de ratés d’allumage du moteur, il y a une quinzaine d’années. Depuis, le constructeur américain a développé bien d’autres produits et outils intégrant de l’intelligence artificielle (IA). Une bonne partie de ces innovations concerne le soutien à l’ingénierie des véhicules, invisible aux yeux des conducteurs — mais bel et bien réel et utile.

 

Dépistage des ratés d’allumage, détection d’intrusion, recommandations personnalisées…

 

Dimitar Filev, responsable d’une équipe de méthodes de contrôle et d’intelligence computationnelle chez Ford, détaille au site O’Reilly les applications d’IA et d’apprentissage automatique mises en œuvre par le constructeur. Outre le dépistage des ratés d’allumage, les véhicules peuvent être équipés de système de détection d’intrusion, ainsi que de nombreux moyens d’interaction directe avec le conducteur (évaluation des préférences, conseils pour économiser le carburant, etc.). Selon l’ingénieur, la particularité de ces applications est d’être suffisamment « intelligentes » pour adapter le niveau des recommandations personnalisées au degré d’acceptabilité de l’utilisateur.

L’essor de l’IA, portée par les avancées de la recherche ouverte en apprentissage automatique, permet notamment aux constructeurs comme Ford de mieux exploiter la masse de données disponibles et d’envisager, à terme, une intégration transparente de systèmes embarqués munis d’agents intelligents. Dans cette optique, les acteurs de l’industrie automobile recrutent de plus en plus de spécialistes en intelligence artificielle. Dimitar Filev rappelle également l’importance des partenariats avec des sociétés de technologie et des start-ups pour répondre au défi de la maturité de ces initiatives.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article au sujet des investissements d’Intel dans l’IA et la voiture autonome,

et un autre (en anglais) sur le rôle de l’IA et de l’apprentissage automatique dans le développement des véhicules autonomes.