La transformation numérique des entreprises s’accélère avec les CDO

Une étude récente de PwC met en évidence le phénomène de transformation numérique en cours dans l’économie, notamment en France. Un nombre croissant de grandes entreprises recourent à un « Chief Digital Officer » pour mener à bien cette mutation. Une fonction RH indispensable pour répondre au besoin de centralisation et de gouvernance stratégique qui en découle.

Leur mission doit durer un à deux ans, pourtant elle est indispensable à toute entreprise qui ambitionne de réussir sa transformation numérique. Les « Chief Digital Officer » (CDO), chefs d’orchestre de cette transformation, se multiplient dans les organisations, constate dans une étude récente de « Strategy& », la branche conseil en stratégie du cabinet PwC. Une grande entreprise mondiale consultée sur cinq dispose désormais d’un tel responsable — en France, on atteint même le taux record de 62 %. Et deux tiers d’entre eux ont été recrutés dans les 18 derniers mois. Cette évolution témoigne de la prise de conscience des entreprises de la nécessité de structurer leur transformation numérique.

 

Le CDO orchestre les initiatives de transformation numérique

 

En effet, les CDO interviennent dans une deuxième phase, qui suit une période plus ou moins longue (un mois à cinq ans) où les projets numériques foisonnent dans l’entreprise, mais sans être coordonnés. L’arrivée d’un responsable permet d’articuler ces initiatives autour d’un plan de transformation centralisé et inscrit dans une stratégie globale. En théorie, la mission du CDO s’achève lorsque l’entreprise entre dans une phase d’industrialisation, où le numérique est pleinement intégré dans la culture de l’organisation. Pour l’heure, seules les entreprises natives comme Uber ou Blablacar en sont là, note Strategy&.

Dans le détail, les grandes entreprises, notamment européennes, sont en pointe sur le recrutement des CDO. Les secteurs du divertissement, de la grande distribution et des transports ont été les pionniers de ce mouvement, rejoints aujourd’hui par les services financiers et l’assurance. Pour réussir, le responsable en charge de la transformation numérique doit relever le défi d’adapter les systèmes informatiques historiques à l’innovation agile. Une autre étude d’IDC relève par ailleurs que beaucoup d’entreprises sont confrontées à la difficulté de gérer ces talents, étant donné la rareté des profils de CDO. En outre, la résistance culturelle au changement constitue un frein important dans 45 % des organisations, selon cette même étude.

 

Lire l’article

 

En complément :

Un article au sujet des différents métiers du numérique se cachant derrière l’acronyme CDO,

et un autre à propos de la complémentarité entre CDO (responsable de la transformation numérique) et DSI (directeur des systèmes d’information).