La technologie connectée pour le Tour de France aussi !

Remporter une compétition avec pour seul atout sa condition physique ne sera bientôt plus qu’un vieux souvenir. Les technologies connectées s’invitent de plus en plus dans l’univers professionnel dans le but d’améliorer les performances des sportifs. Exemple avec le Tour de France.

Les amateurs du Tour de France ont pu le constater depuis quelques années, aux images télévisées classiques se superposent de nombreuses données permettant d’enrichir le suivi de la course en temps réel : vitesse instantanée des coureurs, distance entre deux groupes, estimation de l’écart, etc. Mais ces innovations représentent seulement la partie émergée de l’iceberg. Car, outre leurs vélos, les compétiteurs eux-mêmes sont dotés de capteurs destinés à analyser et à optimiser leurs performances.

 

L’innovation technologique sous toutes ses formes

 

À l’instar des entreprises, les équipes cyclistes professionnelles ont recruté des directeurs de la performance très portés sur l’innovation. Les capteurs cardiaques ainsi que les capteurs de puissance et les compteurs GPS permettent de collecter altimétrie, vitesse moyenne ou fréquence cardiaque, avant de mesurer la puissance développée par les coureurs. D’autres solutions – cuissards ou lunettes connectés – ont fait l’objet de tests, pour l’heure non concluants. Egalement en test dans certaines équipes, le casque connecté, doté d’électrodes qui stimulent la partie du cerveau dédiée à la gestion des capacités physiques d’un individu, pourrait être assimilé à une forme déguisée de dopage.

Enfin, des équipes testent actuellement une gélule connectée miniaturisée permettant de connaître la température interne du corps et d’anticiper la déshydratation. Le même type de gélule utilisée par Thomas Pesquet, lors de son séjour de 198 jours dans l’espace ! Les données sont ensuite fournies aux entraîneurs à travers des plates-formes en ligne. À terme, elles pourraient aussi être utilisées durant les courses pour connaître l’état de fraîcheur des coureurs et adapter la stratégie d’équipe, comme cela se fait déjà dans la Formule 1.

 

Lire l’article

 

En complément :

Un article au sujet de l’apprentissage automatique dans le Tour de France,

et un autre à propos de sport et de marketing numérique.