Cinq mesures clés pour tirer parti de l’analyse de données

Collecter de vastes quantités de données est une chose, en retirer de la valeur en est une autre. Selon le Boston Consulting Group, l’analytique offre aux institutions financières un potentiel de 30 milliards de dollars. Celles qui en bénéficieront le plus sont celles qui auront adopté les meilleures pratiques en la matière.

Au moins 5 % d’augmentation du bénéfice par action, sans compter les opportunités de revenus à long terme. C’est ce que promet une récente étude du Boston Consulting Group (BCG) aux institutions financières appliquant efficacement l’analyse de données. Réduction des coûts, amélioration du service client, meilleure prise de décision : les voies de progrès offertes par l’analytique sont multiples.

 

Retour sur investissement rapide

 

Les deux principaux freins de nombre d’organisations financières pour se lancer sur ce chemin sont le manque de données effectivement exploitables, ainsi que la difficulté à adopter l’approche « essayer et apprendre » requise par les initiatives autour des data. Pour y remédier et tirer le meilleur parti de l’analyse de données, le BCG propose cinq pistes d’amélioration :

1. Engager des interactions qui génèrent un échange de données équitable avec les clients. Il peut s’agir par exemple de préférences individuelles ou de données de localisation. L’idée est d’obtenir des informations qui font la différence par rapport à la concurrence.

2. Transformer la confiance en actif. Les organisations qui respectent les préférences de leurs clients en matière de vie privée et qui leur fournissent un meilleur service grâce aux données sont les plus appréciées.

3. Établir des partenariats pour générer de la valeur à grande échelle. Il s’agit de partager une base de clients et de produits plus large avec d’autres sociétés, par exemple des commerçants, afin de construire une variété d’offres plus riche à l’aide des données.

4. Créer un centre d’excellence pour parfaire la cohésion des initiatives menées autour des données. Pour cela, il est nécessaire de composer des équipes pourvues en data scientists et en analystes économiques.

5. Adopter les pratiques des leaders du secteur numérique. Autrement dit, prendre des risques éclairés et développer produits et services en continu, en les raffinant sans cesse.

Si les institutions financières collectent déjà massivement des données, seules les plus perspicaces en matière d’analytique obtiendront un retour à la mesure de leur investissement, estime le BCG.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article (en anglais) à propos d’« économie narrative » et de big data,

Et un autre (en anglais) à propos de marketing financier et d’analytique.