Industrie auto : une voie pour mener la transformation numérique

Les constructeurs automobiles ont beaucoup à gagner à s’inspirer de l’industrie des nouvelles technologies. Car un nombre croissant de clients attendent désormais des services innovants fondés sur le partage et une mobilité à la demande. Les nouvelles opportunités bénéficieront aux organisations bien engagées sur la voie de la transformation numérique.

Parmi les leaders de l’industrie automobile, seul Tesla aurait atteint le stade de « digitalist », où l’entreprise opère à l’image d’une société technologique, selon une analyse récente du Boston Consulting Group (BCG). Une position somme toute naturelle pour cette organisation native du numérique, fer de lance du véhicule électrique sans conducteur. Les grands constructeurs historiques du marché — américains, européens ou asiatiques — poursuivent quant à eux une transformation progressive pour muter, à leur tour, vers un modèle de fournisseur de solutions mobiles connectées. Ils sont conscients de la nécessité de dépasser la simple fabrication de véhicules pour capter la valeur ajoutée que rapporte l’engagement direct avec les clients, tout au long du cycle de vie des produits.

 

Changer de culture pour devenir un fournisseur de solutions de mobilité

 

Ainsi, estiment les experts du BCG, la gestion en continu et le développement agile au sein d’un écosystème collaboratif basé sur l’innovation, ainsi que la primauté donnée au client, figurent parmi les principes que le secteur de l’automobile doit emprunter au high-tech pour réussir cette transformation et exceller dans cinq domaines en particulier : mobilité, connectivité, autonomie, achat et services en ligne, et industrie 4.0. Le défi principal consiste à intégrer les règles qui en découlent dans le fonctionnement traditionnel de l’organisation, d’abord au niveau stratégique, avant de l’étendre à l’offre de produits, à la chaîne de valeur, à la structure organisationnelle, et enfin à la mentalité de l’entreprise.

Différentes étapes peuvent être envisagées par les constructeurs pour parvenir au plus haut niveau de sophistication technologique et de synchronisation entre toutes les activités, qui caractérise l’industrie numérique, détaille le BCG. D’abord mettre en place des fonctions individuelles, peu complexes et rapides à mettre sur le marché. Ensuite, créer une équipe dédiée à la transformation numérique, suffisamment étoffée, pour orchestrer les différentes initiatives à travers l’organisation. Enfin, établir des pôles d’excellence destinés à fournir produits et services numériques de façon coordonnée. Quel que soit le stade de l’entreprise dans sa mutation numérique, ses dirigeants doivent comprendre quels sont les freins à sa réalisation, différencier activités naissantes et matures, et changer de culture pour se présenter comme un fournisseur de solutions de mobilité.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Un article (en anglais) au sujet de la numérisation du secteur automobile,

Et un autre (en anglais) à propos de la robotisation de l’industrie automobile en Chine.