La vision artificielle pour personnaliser l’expérience client en ligne

S’agissant des applications d’intelligence artificielle, la mode n’est pas forcément le secteur auquel on pense en premier. Pourtant, les quelques start-ups qui se sont lancées dans cette niche affichent de belles réussites. Exemple avec l’indienne Mad Street Den, qui renouvelle l’expérience client en ligne grâce à la vision artificielle.

Ashwini Asokan et Anand Chandrasekaran ont longtemps vécu et travaillé aux États-Unis avant de fonder en 2014 une start-up à Chennai, en Inde, leur pays d’origine. L’environnement y était plus favorable que dans la Silicon Valley, où les idées nouvelles en matière de vision artificielle étaient appréhendées avec plus de circonspection, selon ce couple d’entrepreneurs qui se confient dans un entretien passionnant au site Fast Company.

S’ils ont développé différents prototypes tirant parti de l’intelligence artificielle (analytique, gaming, …), le plus abouti leur a permis de se lancer prioritairement sur le secteur de la mode, en ciblant différentes catégories de vendeurs : les places de marché, les marques et les grandes surfaces. Face à ce premier succès, Mad Street Den — c’est le nom de leur start-up — a récemment bouclé un tour de table avec Sequoia Capital India, ainsi que ses deux investisseurs d’origine Exfinity Ventures and growX Ventures, notamment pour se diversifier (ameublement et grande distribution).

 

Personnaliser grâce à la sélection automatique

 

Mad Street Den a déjà développé une douzaine d’outils assistés par intelligence artificielle (IA), qui équipent des marques ainsi que des commerçants en ligne spécialisés dans la mode. Selon une étude interne, les acheteurs passeraient trois fois plus de temps en moyenne sur les sites où est déployé leur algorithme de vision artificielle permettant de personnaliser dynamiquement l’expérience client, que sur des sites qui en sont dépourvus (72 minutes contre 25 sur les sites non équipés).

Lorsqu’un utilisateur navigue sur un portail ou une application muni de la solution développée par Mad Street Den, celle-ci tente de comprendre ce qu’il cherche en s’appuyant sur les détails des articles qu’il consulte, son historique de navigation, son comportement, celui d’utilisateurs similaires, etc. L’objectif est de transformer l’expérience connectée grâce à la vision artificielle, par exemple en sélectionnant automatiquement les vêtements ou les accessoires les plus pertinents. Ce qui n’est pas si simple, lorsque le site offre un grand nombre de références : seulement une partie d’entre elles peut être affichée sur la page consultée par l’internaute. Il s’agit notamment de le surprendre, mais sans le choquer, avec des nouveautés en phase avec ses préférences habituelles.

Selon le couple d’entrepreneurs, même si la technologie n’est pas le principal argument à mettre en avant pour présenter ses produits aux clients, il reste essentiel de participer à des conférences et de faire de la pédagogie, afin de démystifier le sujet et faire preuve de transparence sur l’utilisation des données. Ce qui a pour effet de rassurer les entreprises sur le respect de la vie privée de leurs clients et donc de les aider à se concentrer sur la qualité de l’expérience en ligne.

 

Lire l’article (en anglais)

 

En complément :

Une analyse de l’impact de l’IA sur l’économie mondiale par un dirigeant d’Accenture,

un article (en anglais) au sujet de l’usage de l’IA par les détaillants de mode,

et un autre (en anglais) sur 10 start-ups (dont Mad Street Den) qui développent des solutions de vision artificielle pour la mode.