Vin et numérique : une palette d’opportunités

À l’instar de l’ensemble des secteurs économiques, la viticulture connaît une évolution sensible en raison de la transformation numérique. Du producteur au consommateur, les cartes de la chaîne de valeur sont redistribuées. Mais les opportunités, nombreuses, doivent aussi composer avec la dimension traditionnelle du secteur.

Viticulteurs et consommateurs sont de plus en plus nombreux à verser un peu de numérique dans leur vin. Une attitude qui s’inscrit dans une tendance globale de numérisation de l’économie. L’un des enjeux très concret, pour les producteurs, est d’optimiser le pilotage de leur itinéraire technique. Du point de vue du « conso-amateur » de vin, il s’agit plutôt de rationaliser un achat plaisir. Dans cette double optique, les données jouent un rôle primordial. Même si le poids des traditions dans ce secteur demeure un facteur à prendre en considération.

 

Vers une viticulture de précision avec l’aide à la décision

 

Aujourd’hui, l’usage du numérique dans les vignobles se concentre essentiellement autour de la gestion, de la communication et de la commercialisation. Mais les objets connectés ouvrent de nouvelles perspectives pour améliorer la productivité des vignes et la qualité du vin. Grâce à des capteurs, différentes données peuvent être recueillies dans la vigne ou dans le chai pour être analysées. Des pionniers s’orientent ainsi vers une viticulture et une œnologie dite de précision en s’équipant d’outils d’aide à la décision. Avec ces nouveaux systèmes, les viticulteurs visent notamment à réduire l’usage des intrants afin de minimiser leur impact sur l’environnement.

Du côté des consommateurs, le numérique représente avant tout un moyen de se rapprocher des producteurs, pour découvrir à la fois le processus de production et l’histoire du domaine ou du vigneron. La recherche sur Internet est surtout utilisée comme complément d’information, car les amateurs de vin se réfèrent en priorité à leur entourage, ainsi qu’aux professionnels, pour obtenir des conseils. Toutefois, des start-ups regroupées sous forme de collectifs explorent d’autres voies et développent des applications pour offrir au consommateur la possibilité de comprendre ses goûts, mémoriser ses dégustations ou partager son expérience.

 

Lire l’article 

 

En complément :

Un article à propos des applications mobiles pour la viticulture,

et un autre au sujet de l’agriculture connectée.